Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Carrière

Candice Walker et l’aventure “Heiata Gourmet”

Publié le 13 septembre 2019

A Pirae, Hamuta, Candice Walker a cassé sa tirelire pour financer le projet de ses rêves : ouvrir une pâtisserie à Tahiti. Femmes de Polynésie vous raconte la reconversion d’une ex-manager en logistique et chaîne d’approvisionnement pour de grands groupes.

Une métisse du Pacifique

Ses grands yeux clairs sont ce que l’on remarque en premier chez Candice Walker, 34 ans. A la griffe « maori » du côté de son père, Néo-Zélandais aux souches tahitiennes, il faut ajouter le tampon australien du côté de sa mère. Avec sa famille, elle grandit à Bora Bora, où elle est bercée par les valeurs polynésiennes. La première de toutes : venir en aide aux siens – une ligne de conduite dont elle ne s’est jamais détournée. 

Après des études en Logistique et chaîne d’approvisionnement en métropole, et une expérience professionnelle en Europe et Australie, elle rentre en Polynésie en 2010 avec l’idée d’ouvrir un salon de thé innovant.

 

« Je voulais proposer un espace convivial où les gens puissent partager un bon cappuccino autour d’une belle assiette ! »

La reconversion

Mais entre l’idée et sa concrétisation, huit années vont s’écouler. Malgré les responsabilités impliquées par son poste, elle ne vibre pas pour son job et décide de démissionner.

« Mais que vas-tu faire après ? – me disait-on ! »

C’est pourtant ce qu’elle fait sans avoir de filet de sécurité. La voici donc à la recherche d’un emploi qui lui parle vraiment. Elle n’a encore aucune idée précise de ce qu’elle veut faire, mais elle sait qu’elle a fait le bon choix. « Et pourquoi ne pas monter mon projet ? »  Candice décide d’avoir une associée à ses côtés, et toutes les deux se mettent en quête d’un local. Très rapidement, après un sondage dans la rue, elle se rendent compte que les acteurs sur ce marché sont nombreux, mais que personne ne se positionne sur le segment qu’elles visent.

« Au fur et à mesure de son avancement, je réalisais à quel point mon projet avait du sens. Avec le temps tout s’aligne, il faut croire en sa bonne étoile. »

Provoquer son destin

Candice rêve d’un espace convivial avec un accès wifi, de café fraîchement moulu et de pâtisseries maison aux produits locaux.

Et comme « tout arrive à point à qui sait attendre », à Pirae, la « Pâtisserie Heiata » cherche acquéreur. Candice conserve d’abord le nom du lieu pour ne pas brusquer les habitués, puis le rebaptise : « Heiata gourmet ». Elle veut se démarquer et en faire un endroit convivial où l’on se sent comme à la maison. Cela se traduit par son fameux café moulu « que l’on ne trouve nulle part ailleurs », réalisé avec une pincée d’amour et une dose de lait frais du plateau de Taravao. 

« Promouvoir le café local fait partie des choses que nous voulons faire. »

En plus du café, c’est toute une gamme de produits locaux qu’elle souhaite mettre en avant, comme les classiques qu’elle revisite à la mode polynésienne ou encore le Sel de Tahiti 1 que l’on trouve sur un présentoir à l’entrée.

« Nous proposons des macarons à la crème de mape 2 ou des éclairs au chocolat meringués au fruit de la passion, mais également une carte de salades aussi variées qu’alléchantes ! »

Pour l’aider dans son ascension elle s’est entourée d’une équipe de 6 employés : un chef de rang ayant exercé au restaurant l’Auberg’in de Fabrice Métais 3, un pâtissier qui a fait ses preuves à la Marquisienne ou encore chez Bogato, deux commis, un CAE et une serveuse en salle. L’implication de son équipe résonne inévitablement auprès de ses clients, les fidèles comme les nouveaux, tous conquis par l’ambiance et la carte du « Heiata Gourmet ».

Candice n’a pas eu peur de se remettre en question et a mis plus d’un an à prendre ses marques dans cet univers loin de la logistique, à force de travail, de rencontres, d’apprentissage et de soutien de son entourage. Aujourd’hui, elle s’épanouit en vivant de son rêve, qui la fait toujours autant vibrer. Devant ses deux desserts préférés, un Paris-Brest et une Pavlova à la fraise, Candice adresse aux Femmes de Polynésie le conseil suivant : « Trouvez ce qui vous fait vibrer, et armez-vous de patience pour le voir se manifester ! »

1 Lire le portrait d’Ursula, du sel made in fenua

2 mape : châtaignes locales

3 Lire le portrait de Fabrice, la passion de la table!

   Jeanne Phanariotis
   Rédactrice web

   © Photos : Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !