Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Carrière

Danse Moderne

Vanessa Roche, la danse moderne

Publié le 20 décembre 2018

Son nom vient très vite lorsque l’on parle de danse à Tahiti. Au pays du ori tahiti, Vanessa Roche a su développer et promouvoir la danse moderne. Elle confie à  Femmes de Polynésie le récit de son parcours qui l’a amené aujourd’hui à être à la tête de la plus grande école de danse de Polynésie.

LA DANSE AU PAYS DU ORI TAHITI

La petite Vanessa commence la danse à l’âge de six ans. La logique, pour une petite fille de Tahiti, aurait voulu qu’elle soit dirigée vers une troupe de ori tahiti. Mais sa maman l’oriente vers de la danse moderne et Vanessa accroche tout de suite.

Lorenzo Smith, qui n’a pas encore monté les Grands Ballets de Tahiti, et qui enseigne précisément la danse moderne, le jazz, sera son premier professeur, avec qui elle fera ses débuts et dansera avec lui durant 4 ans.

« je dansais tout le temps, et j’étais punie de cours de danse si je n’avais pas de bons résultats à l’école »

La danse était devenue la passion de Vanessa et sa raison de vivre. Mais elle n’avait jamais (ou pas encore…) imaginé en faire sa profession. Cela devait rester un passe-temps, et il lui fallait envisager des études. Vanessa se destinait à la carrière de professeur d’EPS.

« je me suis dit que c’était une véritable galère d’enseigner le sport à des enfants qui n’ont pas envie d’être là… »

C’est ce que Vanessa aime dans son rôle actuel de professeur de danse : enseigner à des enfants qui viennent au cours parce qu’ils aiment la danse, contrairement à l’EPS où les gamins se traînent par obligation…

Pendant ses études à Nice, Vanessa continuait à danser, et à explorer de nouveaux styles de danses, faisant régulièrement le déplacement jusqu’à Grasse.

PREMIÈRE EXPÉRIENCE DE LA SCÈNE : L’EUROVISION

C’est à Nice, en 2006, qu’on lui propose de faire partie des danseurs qui accompagneront une chanteuse du concours de l’Eurovision, et Vanessa se retrouve dans la chorégraphie derrière Severine Ferrer, la réunionnaise, qui, cette année-là, représentera Monaco avec la chanson « coco dance », une sorte de tube de l’été sur le thème de la Polynésie.

C’est à cette occasion que Vanessa rencontre le danseur et chorégraphe Bruno Vandelli, qu’elle admire, qui était notamment le chorégraphe de l’émission POP STARS. Les rencontres se multiplient et c’est avec un autre grand nom de la danse, Alain Gruttadauria, qu’elle monte à Paris pour présenter un spectacle, avec d’autres écoles de danse.

« il y a tout de même beaucoup de signes, la danse n’est pas juste une passion, c’est ma vie ! C’est décidé : la danse sera mon métier »

Vanessa obtient ensuite son diplôme d’Etat de professeur de danse. Elle constate la différence de mentalité qui existe entre les danseurs professionnels, qui se tirent entre les pieds, et ceux qui deviennent enseignants, qui s’entraident.

Vanessa est donc diplômée mais ne se sent pas prête. Elle souhaite acquérir davantage d’expérience. C’est ce qu’elle fera pendant six mois aux Etats-Unis, où elle tournera dans certains clips vidéo et intègrera une troupe de danse orientale en parallèle.

RETOUR AU FENUA

Rentrée à Tahiti, Vanessa enseigne le fitness dans un établissement de la place. Elle comprend très vite qu’il y a un créneau à exploiter pour des cours de danse. On lui fait une place et Vanessa commence avec une poignée d’élèves.

« le nombre de mes élèves n’a cessé de croître au fil du temps »

C’est un succès et ça commence à se savoir. La magie du bouche-à-oreille opère, et le nombre d’élèves double chaque année. Aujourd’hui, Vanessa a sa propre école pour 300 élèves fidèles. Elle propose des cours de danse Jazz, classique, de claquettes et de hip hop.

Pour cette dernière discipline, elle s’adapte à la demande et a travaillé avec Manava Akau, à l’époque des Knights Riders, avant que Manava ne forme la troupe All-In-One, récemment remarquée dans l’émission La France a un Incroyable Talent, qui représente également fièrement la Polynésie dans des compétitions de hip hop internationales. C’est d’ailleurs une « ancienne » danseuse de All-In-One qui donne aujourd’hui les cours dans la salle de Vanessa.

Vanessa se souvient du premier spectacle de ses élèves… c’était en 2011, ils étaient 18 et faisaient la première partie d’un spectacle de ori tahiti à l’hôtel Beachcomber (aujourd’hui Intercontinental). L’année suivante, 50 élèves présentent le spectacle totalement conçu par Vanessa.

Désormais, l’école Vanessa Roche présente un spectacle par an. Elle a également emmené des élèves à Las Vegas pour un stage auprès de The Rock Company, une troupe rendue célèbre par l’émission télévisée de NBC « world of dance ».

UNE VISION GÉNÉREUSE ET PASSIONNÉE

Lors de notre entretien, des élèves arrivent dans l’école et on est saisi par l’ambiance familiale et chaleureuse qui règne dans ce lieu. La bienveillance de Vanessa saute aux yeux. Pour elle, son école est avant tout une passion, et elle ne voit pas son activité professionnelle comme un commerce.

C’est le partage qui guide son enseignement, et la générosité. Sa plus belle récompense, dit-elle, c’est de voir des étincelles dans les yeux des enfants qui prennent du plaisir à danser, qui se découvrent une passion.

« je prends ce que la vie me donne »

Vanessa n’a pas de projets particuliers. Elle souhaite continuer à transmettre sa passion au plus grand nombre. Quand d’autres vivent au jour le jour, Vanessa dit vivre à l’année à l’écoute des élèves et des demandes… elle est dans son élément, elle y est manifestement très heureuse et épanouie, un bonheur qui se nourrit et se retrouve dans les sourires de ses élèves.

Laurent Lachiver
Rédacteur web

© Photos : Laurent Lachiver et Vanessa Roche

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail