Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Culture

Vaheana Fernandez, à la conquête de l'Eurovision
chanteuse

Vaheana Fernandez, à la conquête de l’Eurovision

Publié le 27 septembre 2018

S’il est une passion qui ne quitte pas Vaheana Fernandez depuis sa plus tendre enfance, c’est bien celle de la chanson. Cette jeune artiste polynésienne, qui compte déjà une carrière aussi riche que variée, a confié à Femmes de Polynésie ses souvenirs et ses projets.

« J’ai l’impression d’avoir toujours chanté. »

Élevée par sa grand-mère du côté de Faa’a, Vaheana a l’impression d’avoir toujours chanté, depuis sa plus tendre enfance. Elle adore ça et, après un petit effort de mémoire, elle croit se souvenir que c’est vers l’âge de neuf ans qu’elle ressent ses premiers émois de chanteuse devant un public. C’était pour un spectacle de fin d’année à l’école.

LE PLAISIR D’ÊTRE SOLISTE DANS UNE CHORALE

Dans ce spectacle de fin d’année, elle a connu sa première fierté en étant placée au-devant de la scène et en endossant le rôle de soliste. Elle se souvient qu’elle interprétait la chanson d’Edith Piaf : « les trois cloches », version remise au goût du jour par Tina Arena.

« Un jour je découvre la Star’Ac qui permet à des anonymes de devenir chanteur. »

Avec son beau-père popa’a, elle est bercée par des chansons françaises classiques du répartoire de Charles Aznavour ou Jacques Brel, et par la puissance des textes qu’elle adore interpréter encore aujourd’hui avec beaucoup de conviction.
Un déclic survient grâce à une émission de télé d’un souffle nouveau : la Star Academy, où de parfaits inconnus confinés dans un château suivent des cours pour se perfectionner et tenter de devenir professionnels. Elle voue une admiration immédiate à Carine Haddadou et sa voix rauque, demi-finaliste de la saison 1, l’année où Jenifer remporte la compétition.

« Quand on a une passion il faut ne faut pas être timide. »

GABILOU LUI PORTE CHANCE…

C’est sur la plage du PK 18 à Punaauia que sa vie bascule, un jour alors qu’elle avait 15 ans. Le hasard veut qu’elle entende Kutia chanter dans ce décor de carte postale. Sans hésiter, elle se paye le culot de l’aborder, et sans la moindre timidité, lui demande si elle peut chanter avec lui. Il accepte et Vaheana se lance aussitôt dans une interprétation de la chanson « Vaihiria » de John Gabilou. Kutia est séduit par le talent de cette gamine.

« J’enregistre un classique de la chanson tahitienne. »

C’est alors que Kutia lui présente un producteur, Macaire, avec qui elle enregistre une version de la chanson traditionnelle « e piko ana vau », qui fait également partie du répertoire de Emma Terangi. La version de Vaheana commence à être diffusée sur les radios locales.

« Alain Lievens, une rencontre décisive. »

PREMIÈRES PRESTATIONS EN PUBLIC

La reprise de la chanson d’Emma Terangi lui donne des ailes et elle commence à se produire dans les hôpitaux, dans les bars et les restaurants de la ville. Un soir, Vaheana chante au Be Angel et sa voix puissante et son interprétation juste tapent dans l’oeil (et surtout dans l’oreille) d’Alain Lievens. Ce producteur et compositeur belge a quelques chansons en réserve, il croit instantanément en elle et lui propose d’enregistrer un album  avec deux chansons phares « coeur à louer » et « I want to fly » abondamment diffusées en radio, le deuxième titre (écrit par Nina Joyeux) servant même d’illustration à une publicité pour une voiture.

« Je voulais mettre mon début de notoriété au service d’une cause. »

On commence à la repérer dans les médias, elle enchaîne les émissions, et elle a l’idée d’interpréter une chanson (« ta’ata ») matérialisée par un clip et un CD single dont les bénéfices de vente seront reversés à la Croix Rouge. Avec une promotion efficace, l’opération est un succès et il se vend 5.000 exemplaires du CD en une journée.

« L’expérience THE VOICE. »

Après un casting par Skype, une présélection à Paris, Vaheana se retrouve dans l’aventure du célèbre programme THE VOICE. Elle franchit les premières étapes et se retrouve face au jury dans une configuration « à l’aveugle », derrière un rideau. Mais, après avoir chanté « skyfall », elle comprend que le casting est bouclé, que les équipes sont complètes, sa prestation sera coupée au montage et jamais diffusée. Pour autant, Vaheana a trouvé l’expérience particulièrement enrichissante.

« De nouveaux challenges se présentent maintenant. »

Alors qu’elle tourne régulièrement dans les bars et les restaurants locaux, accompagnée de Guy Laurens et Pone, ou, plus récemment, de sa compagne Flore Hani et Poe, Vaheana est aujourd’hui face à deux nouveaux défis, à la hauteur de son ambition et de son talent. D’abord retourner en métropole pour passer des auditions afin d’être dans la sélection des chansons qui représenteront la France au concours de l’Eurovision 2019, et ensuite un gros projet de comédie musicale sur le thème des révoltés du Bounty. Un casting local a déjà sélectionné, outre Vaheana : Teiva LC, Eva Ariitai et Teva Salmon. Une merveilleuse idée pour faire vivre en musique l’histoire mythique écrite par James Norman Hall et Charles Nordhoff, un projet que l’on surveille et dont nous vous reparlerons le moment venu.

Laurent Lachiver
Rédacteur web

© Photos : Vaheana Fernandez

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail