Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Culture

Vainui, créations venues des Australes - Femmes de Polynésie
salon des Australes 2017

Vainui : quand tradition et création se marient à merveille

Publié le 2 novembre 2017

Originaire de Rapa, dans l’archipel des Australes, Vainui aime la création artistique qui lui permet de s’exprimer pleinement, mais aussi le savoir-faire de ses ancêtres, experts dans le domaine de la vannerie. Femmes de Polynésie a rencontré une femme courageuse, passionnée par son métier d’artisane et fière de travailler de ses mains les fibres végétales de son île bien-aimée, Rapa.

La cueillette des roseaux sur les falaises de Rapa

Le visage de Vainui s’illumine lorsqu’elle parle de son activité et de tout ce qui tourne autour.

« À douze ans, j’apprenais à aller chercher les roseaux dans la montagne. C’est dangereux, ça glisse, c’est sur les falaises. C’est une fois dans l’année, au mois d’avril, pendant la saison des guêpes… »

De sa mère artisane, elle a appris toutes les techniques de vannerie qu’elle connaît et utilise.

« Je partais avec ma mère. Partout où elle allait, elle m’emmenait. Elle m’apprenait à tresser les roseaux, mais il ne fallait pas gaspiller car c’est difficile à avoir. »

Vainui apprécie cette ambiance qui est vécue en communauté lors de la saison des roseaux de montagne. Ces "précieux roseaux", elle les utilise pour confectionner des objets divers et variés. Vainui précise même que lorsque la saison arrive, « toutes les femmes vont aux roseaux ».

La cueillette dure deux à trois semaines : les femmes font des petits groupes, amènent à manger, partent couper les roseaux durant trois jours, reviennent au village une journée, et repartent le lendemain. Le sourire éclaire son visage lorsqu’elle en parle. Elle a connu cela enfant et perpétue cette tradition avec beaucoup de plaisir :

« Il y a une bonne ambiance. On ramène une dizaine de bottes de roseaux si on travaille bien sans s’arrêter. »

Pour ne pas trop s’alourdir, elles limitent les vivres au strict nécessaire :

« En chemin on trouve des goyaves, des fruits. Comme c’est lourd les roseaux à porter, on hésite à prendre trop à manger. »

La vannerie, un travail d'expert qui demande minutie et savoir-faire

« Il y a des clients qui disent que c’est cher, mais c’est un mois de travail un beau chapeau. C’est le tressage qui est long, on a souvent mal au dos et on tresse toute la journée. »

À Rapa, il y a différentes sortes de tressages qui sont réalisés. Vainui ajoute même que « les autres, ils ne savent pas notre tressage ». Comme un secret bien gardé, qui ne se transmet qu’aux personnes originaires de cette île, le tressage de Rapa a donc sa singularité. Vainui ajoute, fière :

« Les quatre îles des Australes travaillent le pandanus. Mais les chapeaux en roseau, on ne les trouve qu’à Rapa, on a l’avantage de ne pas avoir de concurrents. »

Kauari Angaere Création : le projet d'entreprise de Vainui

En langue australe, « Kauari » signifie : voyager, promener, faire connaitre. « Angaere » veut dire Amour. Vainui traduit donc le nom de sa future entreprise en : « Promener l’Amour ».

Pourquoi ce nom ? C’est parce que Vainui veut se spécialiser dans tout ce qui est évènement de mariage. Elle souhaite proposer différentes créations pour les mariés, telles que :

  • des robes,
  • des bouquets,
  • des coussins pour les alliances,
  • des parures,
  • des paniers,
  • des arcades,
  • divers objets de décoration.

Elle n’oublie pas le marié et propose pour lui divers rappels sur la chemise, comme la boutonnière par exemple.

Son savoir-faire artisanal, elle veut le faire connaître au plus grand nombre car elle en est fière. Elle ajoute même : « Notre or à Rapa, c’est notre roseau. On a beaucoup de chance ! ».

Lauréate du concours de la plus belle création végétale à l’élection de miss Tahiti 2017, Vainui s’épanouit dans la création. Il faut le dire, ce costume végétal lui aura demandé trois mois de travail : « Je travaille le matin et tard le soir. Au plus tard, je dors à 2h du matin ». Elle se prépare déjà pour la Tahiti Fashion Week1 2018, toujours en quête d’innovation.

© Miss Tahiti - Prix de la plus belle tenue végétale - réalisée par Vainui Barsinas, portée par Leslie Timau, miss Marquises. Matière roseau de l'île de Rapa tressé de 15 manières différentes. (Source : Facebook Miss Tahiti)

Maman de trois enfants et mariée à un marquisien, Vainui et son mari ont choisi de vivre aujourd’hui à Tahiti pour mieux suivre leurs enfants qui y font leurs études : « on loue une maison et toutes les vacances, on retourne à Rapa. »

Depuis qu’elle a seize ans, elle se perfectionne dans ce métier. Elle a suivi une formation récemment au Service de l’Artisanat Traditionnel. Vainui précise : « cette formation m’a énormément servie, surtout pour le coté administration, on a appris comment gérer une entreprise. Par la suite, j’ai monté mon dossier au SEFI2 et j’attends le retour de la commission et la réponse de la CCISM3. »

Émue et reconnaissante, elle ajoute :

« J’ai dit au ministre de l’artisanat : je vous remercie beaucoup ! Ils ont choisi des personnes, et j’étais parmi les six. »

Lorsque je demande à Vainui si elle a un message à faire passer, elle acquiesce, sûre d’elle, avec un beau sourire aux lèvres :

« Il faut dire aux Polynésiens, on a notre savoir-faire. Il faut être fier de ce que l’on fait ! Maintenant, il faut travailler ! »

Vainui est présente au salon des Australes qui a lieu dans le hall de l’Assemblée de Polynésie Française du 23 octobre au 5 novembre 2017. C’est une femme courageuse, qui, à l’aube de ses quarante ans et après avoir subi une chimiothérapie suite à un cancer du sein en 2010, met tout en œuvre pour voir son projet aboutir. Souhaitons-lui bonne chance, ainsi qu’à tous les artisans de Polynésie, qui ont des doigts en or et nous font partager leurs richesses !

1 Une semaine entièrement dédiée à la mode et à la création en Polynésie française avec des défilés et des soirées organisées durant le mois de juin. (Source : Facebook Tahiti Fashion Week)

2 Service de l’Emploi de la Formation et de l’Insertion professionnelles.

3 Chambre de Commerce, d'Industrie, des Services et des Métiers.

Tehina de la Motte
Rédactrice web

© Photos : Femmes de Polynésie

Femmes de Polynésie est partenaire
du 
Service de l’Artisanat Traditionnel

Facebook

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail