Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

Au vent de la piroguière, livre de Flora Aurima Devatine

Flora Aurima Devatine, ou l’art d’une vie créative (1/3)

Publié le 7 août 2017

Difficile de faire un article sur Flora Aurima Devatine sans citer sa riche expérience professionnelle, qui à elle seule, met bien en exergue sa passion pour la littérature et la langue : écrivaine de revues littéraires/poèmes en français-tahitien, oratrice-compositrice, professeure en lycée et à l’université, chercheuse, académicienne… Celle qui aujourd’hui œuvre pour le patrimoine linguistique tahitien nous fait l’honneur, le temps d’un entretien, d’attirer notre attention sur un immense horizon qui s’ouvre aux regards, pour qui veut prendre le temps d’observer ce qui nous entoure. Femmes de Polynésie vous propose aujourd’hui de sortir des sentiers battus et de découvrir cette femme exceptionnelle, pour qui « rester ouvert, prendre conscience qu’on ne sait rien et aller creuser… » est fondamental. 

E ‘ere i te  mea ‘ōhie i te pāpa’i i te ‘ā’amu o Flora Aurima Devatine ma te fa’ahiti’ore i te raura’a o tāna mau ‘ohipa, e fa’a’itera’a i tōna here rahi i te ‘ohipa pāpa’i ‘e i te parau nō te reo : e vahine pāpa’i puta ‘e pāpa’i pehepehe ho’i nā roro i te reo farāni ‘e te reo tahiti, e vahine ‘orero, e vahine rohipehe, e ‘orometua ha’api’i nō te mau fare ha’api’ira’a tuarua ‘e tuatoru, e vahine tītorotoro, mero nō te Fare Vāna’a…Teie vahine e rohi nei i teie mahana nō te ha’afaufa’a i te reo tahiti, ‘ua fa’ari’i hanahana mai ia tāua tau taime nō tōna hina’aro rahi e ha’afāriura’a i tō tāua mata i ni’a i te ‘iriātai  rahi e tārava ra i mua i tō tāua mata, tātou iho ā rā e hina’aro nei e hi’opo’a maite i te mau mea e ‘aua fā’ati nei ia tāua. Tē hina’aro nei o Femmes de Polynésie e arata’i ia tāua nā rāpae i te mau ‘ē’a i mātauhia e tāua, ‘ia ‘itehia i te huru o teie vahine ta’a’ē roa o tei fa’ariro i te parau o « te hina’arora’a e heheu, te ‘itera’a o te māramarama’orera’a ‘e tauto’ara’a i te parau nō te ‘imi… » ‘ei parau hō’ē roa.

Une enfance au « Pari », l’imprégnation forte d’un environnement végétal et minéral

 

 « Je n’étais pas une fille de très bonne santé… Tout naît de la solitude… »
Flora Aurima Devatine

Tōna orara’a i te tau tamari’iri’ira’a i te « Pari », tōna mātaura’a i te aru ‘e te repo fenua e ‘āua fā’ati nei  iāna

 

« E ‘ere au i te hō’ē tamahine tino maitata’i…Tei roto i te mo’emo’era’a te mau mea ato’a e fānau ai… »
Flora Aurima Devatine

Flora a vécu une jeunesse en accord avec la nature : les montagnes, les falaises, la mer, la végétation luxuriante du Pari1 à la presqu’île de Tahiti… Pour qui connaît cette partie de l’île, l’absence de route ne permet pas les déplacements en voiture. Pour Flora, c’est la pirogue qui la transportera. Cette imprégnation forte d’un environnement quelque peu étourdissant a un impact très fort dans sa perception des choses qui transparaît bien dans sa poésie.

 

Extraits du poème AU PARI2

Au Pari, battu par les vagues

Et baignant

Dans les embruns du large

Le vent qui y souffle

Et vous frappe à la face

Vous ouvre le regard

Sur d’autres horizons

 

Enfant, Flora a connu, de par des problèmes de santé récurrents, des moments de solitude qui se sont transformés en parenthèses de créativité. Laisser l’esprit vagabonder peut permettre d’élargir des perspectives souvent limitées. Ce n’est qu’à l’âge de 9 ans que Flora ira à l’école. De son poème « comme le cocotier » émane cet ode à la nature, à la vie, mais aussi au doute.

 

COMME LE COCOTIER3

Comme le cocotier

S’élançant majestueux

Dans le ciel

Je ne demandais

Qu’à pousser vers le soleil

 

Comme la *tiare4

Exhalant son parfum

Dans la brise du soir

Je ne demandais

Qu’à m’ouvrir à la vie

 

Comme l’hibiscus

Flamboyant

Dans le couchant

Je ne demandais

Qu’à brûler d’amour

 

Mais mon cœur

Est de pierre

Et mon âme

Endurcie

Ne peut plus

S’épanouir.

 

Un héritage culturel dense de ses parents

Informelle. C’est le mot pour décrire la formation de Flora, observant tantôt sa mère, s’occupant dans plusieurs domaines, et possédant culture biblique, savoir-exposer en commentaire biblique ; tantôt son père, aux ancêtres orateurs compositeurs de poèmes traditionnels, et aux savoir-faire multiples… Soit le monde, qui prenait vie tout autour d’elle, en voyant des possibilités partout. L’exemple parental a façonné l’enfant, puis la femme qu’elle est devenue.

‘Ua ora noa o Flora i tōna ‘āpīra’a i roto i te natura : te mau mau’a, te mau pari, te miti, te ruperupera’a o te mau uru rā’au i te Pari1 i Tahiti iti…O tei mātau i teie vāhi, ‘aita e purūmu ‘aita ato’a ia e pere’o’o. Te faura’o o Flora, o te va’a ia. Teie paremora’a nōna i roto i teie heipuni ruperupe e fa’atapaturi nei iāna, ‘ua riro ia te reira ‘ei ta’ita’ira’a iāna i roto i tāna mau pehepehe.

 

Teie te tahi mau parau nō roto mai i tāna pehepehe « I TE PARI »2

Te Pari i pā’uruhia e te ‘are miti

‘E o tei hopu

I roto i te vi’ivi’i tai

Te mata’i e puhi ra i reira

‘E o tē tā’iri i te mata

Nāna e fa’a’ite mai

I te tahi atu mau hiti paera’i

 

I tōna tamari’iri’ira’a, nō te mau ma’i i farereihia e ana, ‘ua vai mo’emo’e noa ‘oia, ‘ua riro te reira e taime fa’ahotura’a i tōna ferurira’a. ‘Ia vaiihohia te mana’o ‘ia tere haere e riro te reira e fa’a’ā’anora’a i te ferurira’a. I te ivara’a o tōna matahiti tō Flora haerera’a i te ha’api’ira’a. Tei roto i te pehepehe ra « Mai te tumu ha’ari rai te huru » te matarara’a te parau o te pehepehe nō te natura, nō te ora, ‘e nō te fē’a’ara’a.

 

MAI TE TUMU HA’ARI RA I TE HURU3

Mai te tumu ha’ari ra te huru

I te horo-ti’a-ra’a

I roto i te ra’i

Tē hina’aro ato’a nei au

E ti’a tāpapa i te mahana

 

Mai te tiare4

E tāhirihiri nei i tōna no’ano’a

I roto i te haumoe

Tē hina’aro ato’a nei au

E ora i te ao

 

Mai te ‘aute

E ‘ura’ura nei

I te ‘ārehurehura’a o te ao

Tē hina’aro ato’a nei au

 E ura i te here

 

O to’u nei rā māfatu

E au rā ia i te ‘ōfa’i

O to’u varua

Pā’eta’eta

E ‘ita ia

E ora ‘oa’oa fa’ahou

 

E faufa’a hīro’a i vaiihohia mai e te mau metua

Fa’aineine’orehia. O te ta’o ia e nehenehe e tu’u i ni’a ia Flora i roto i tāna mau ha’api’ipi’ira’a, ‘ua hi’o i tōna metua vahine i te ravera’a i tāna mau ‘ohipa e rave rau, ‘ua ha’api’i i te Pīpiria, ‘ua ‘ite i te tātara i te parau Pīpiria : e hi’o i tōna metua tāne, tōna mau tupuna, ‘ua ‘ite i te ‘ōrero ‘e te rohi pehe, ‘ua ‘ite ato’a i te mau mea ato’a…O te ao anei o teie e matara nei i mua iāna, e rave rahi faufa’a tō roto. ‘Ua riro tōna nā metua ‘ei turu pāpū nōna i tōna tamari’iri’ira’a ‘e nō te vahine i tōna pa’arira’a.

De sa mère, elle s’essayera à de multiples activités telles que :

  • la blanchisserie ;
  • la couture des vêtements de la famille, du linge de maison (draps, patchwork, appliques) ;
  • le crochet (sacs, vêtements, rideaux des portes et fenêtres) ;
  • le ramassage, l’égrainage du kapok pour les matelas et les coussins ;
  • la préparation et le tressage des feuilles de pandanus, des pellicules internes de bambous, des tiges de roseaux de montagne (pour la confection de chapeaux, de nattes) ;
  • la vannerie (paniers, corbeilles, en osier, en lamelles de palmes de cocotiers) ;
  • la cueillette et la préparation des grains de café ;
  • le maraîchage ;
  • la floriculture (pour la vente au marché) ;
  • la coupe de mape5 dans les vallées (pour la vente au marché) ;
  • la pêche, la récolte de bigorneaux sur le récif, de palourdes sur la côte (pour la vente au marché)…

I ha’api’ihia e tōna metua vahine, ‘ua rave ‘oia i nā ‘ohipa i muri nei :

  • te pu’ara’a ‘ahu ;
  • te nirara’a te ‘ahu a te fēti’i, te ‘ahu ‘utuāfare (vauvau ro’i, tīfaifai) ;
  • te nira tāroura’a (pūtē, ‘ahu, ‘ahu pāruru ‘opani ‘e ha’amāramarama) ;
  • te ‘ohira’a, te ‘irira’a i te mau huero nō te hāmanira’a i te maru ro’i ‘e te tūro’a ;
  • te fa’aineinera’a ‘e te rarara’a i te pae’ore, te ‘ofe ‘e te ‘ā’eho (nō te hāmanira’a i te mau taupo’o ‘e te mau pe’eue) ;
  • te rarara’a (i te mau ‘ete, ‘ete mātete, ‘ete ‘ie’ie, ‘ō’ini, ha’ape’e) ;
  • te ‘ōhitira’a ‘e te fa’aineinera’a taofe ;
  • te ‘ohipa fa’a’apu ;
  • te tanura’a tiare (nō te ho’ora’a i te mātete) ;
  • te tāpūra’a i te māpē5 i roto i te mau fa’a (nō te ho’ora’a i te mātete) ;
  • te tautai, te ‘ohira’a i te mā’oa i ni’a i te a’au ‘e te ‘ahi i tātahi (nō te ho’ora’a i te mātete)…
L’auteure (à droite), (6-7 ans) à Temotoi, avec sa jeune sœur Myrna (4-5 ans). © Archives familiales
L’auteure (à droite), (6-7 ans) à Temotoi, avec sa jeune sœur Myrna (4-5 ans). © Archives famille Devatine

Avec son père, elle découvrira :

  • le maraîchage ;
  • l’arboriculture ;
  • l’apiculture ;
  • l’élevage bovin ;
  • l’abattage des bêtes avec un boucher que l’on faisait venir de la ville ;
  • la récolte et le transport de coprah ;
  • la pêche ;
  • la fabrication de filets, de leurres en nacre, de nasses en bambou ;
  • la taille de pirogues et la réparation des moteurs de pirogue ;
  • la construction de maisons particulières au village (maçonnerie, charpente, menuiserie, literie, meubles tels que fauteuils, chaises, bancs, tables, placards) ;
  • la coupe, la préparation et le tressage d’osier (pour les dames-jeannes6) ;
  • la navigation ;
  • la cuisine fine…

Nā muri i tōna metua tāne, ‘ua ‘ite i nā ‘ohipa i muri nei :

  • te ‘ohipa fa’a’apu ;
  • te tanura’a i te tumu rā’au ;
  • te fa’a’amura’a manu pātia hāmani meri ;
  • te fa’a’amura’a pua’atoro
  • te tūpa’ira’a pua’atoro nā muri i te ta’ata tūpa’i pua’atoro i tere mai nā te ‘oire ;
  • te ‘ohira’a ‘e te utara’a i te pūhā ;
  • te rāva’ai ;
  • te hāmanira’a ‘ūpe’a, te ‘apa pārau ‘e te fa’a ;
  • te taraira’a i te va’a ‘e te tātā’aira’a i te mau mātini va’a ;
  • te patura’a fare (tīmā, ‘ahora’a ‘e tāhūhūra’a, hāmanira’a ro’i ‘e tae noa atu i te mau tauiha’a rā’au mai te mau parahira’a, te ‘aira’ama’a, te ‘āfata vaira’a tauiha’a) ;
  • te tāpūra’a, te fa’aineinera’a ‘e te rara’ara’a i te ‘ie’ie (nō te hāmani i te mau tā’ie’ie6) ;
  • te terera’a nā te moana ;
  • te utuutura’a mā’a…

Aujourd’hui, les temps ont changé. Aujourd’hui, les enfants ne connaissent plus les plaisirs et les difficultés de la cueillette et la préparation des grains de café ou encore la fabrication de filets, de leurres en nacre et de nasses de bambou. Aujourd’hui, le bateau à moteur remplace peu à peu la pirogue à balancier qui traversait la passe du Pari par mer agitée. Aujourd’hui, rares sont les traces écrites des Anciens pour nous raconter quelle était leur vision de la vie. Aujourd’hui, il est temps d’écrire afin de ne pas perdre le précieux héritage que nous transmettent nos Ancêtres. Aujourd’hui, agissons afin de ne pas être dépossédés de notre Histoire.

Aujourd’hui… Tout commence Aujourd’hui.

Pour Flora, Aujourd’hui, c’était il y a quarante ans.

MAURUURU ROA Vaitiare Vahine7.

I teie mahana, ‘ua taui te tau. ‘Aita te mau tamari’i i ‘ite fa’ahou i te ‘oa’oa ‘e te teimahara’a o te ‘ōhitira’a ‘e te fa’aineinera’a i te huero taofe ‘aore rā i te hāmanira’a i te ‘upe’a, te ’apa pārau ‘e te fa’a. I teie mahana, ‘ua mono te poti mātini i te va’a ama nō te tereterera’a i roto i te ava o te Pari ‘ia miti-ana’e-hia. I teie mahana, e mea varavara roa te mau parau pāpa’i nō te fa’a’itera’a ia tātou e mea nāhea  tō tahito hi’ora’a. I teienei mahana, ‘ua tae i te taime nō te pāpa’ira’a ‘eiaha ho’i te mau faufa’a i vaiihohia mai e te mau tupuna ‘ia morohi. I teienei mahana, e ha’a ana’e ‘eiaha ho’i tātou ‘ia ‘ere i tō tātou iho ‘ā’ai.

I teie mahana…E ha’amata te mau mea ato’a i teie mahana.

Nō Flora, teie mahana, ‘ua maha ‘ahuru matahiti i teienei.

MAURUURU ROA Vaitiare Vahine7.

Extraits du poème SUR-VIE8

La vie m’a gâtée.

J’ai reçu d’elle,

Au-delà de ce que j’en attendais,

Et j’en reçois encore et toujours.

(…)

J’ai attendu, les yeux fermés,

Il faisait pénombre,

Nuit en parcimonie, étoilée.

J’ai des bâillements à frissons le corps,

Et la nostalgie des nuits de pêche.

Mai roto mai i te pehepehe ra « SUR-VIE »8

‘Ua fa’ati’ati’a-noa-hia tō’u mau hina’aro i roto i tō’u orara’a

‘Ua noa’a ‘ia ‘u

‘Aita atu mea i tia’ihia e au

‘E tē fāna’o noa nei ā vau

(…)

‘Ua tia’i noa vau, tāpiri noa ai tō’u nā mata,

‘Ua pōiri,

E pō, ma’a feti’a ri’i.

‘Ua ‘āia vau, fa’ahōriri roa a’e ra tō’u tino,

‘E fa’aha’amāna’ona’o i te mau pō rava’ai.

1 Tautira, presqu’île de Tahiti, Polynésie-Française.

2 Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p.26.

3 Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p.19.

4 Abréviation de tiare tahiti, qui est le nom exact de cette fleur souvent considérée comme l’emblème de Tahiti – Source : Dictionnaire Fare Vana’a de l’Académie Tahitienne.

5 Fruit d’un « grand arbre au feuillage sombre et au tronc bosselé par des protubérances en forme d’arcs-boutants qui pousse près des rivières et des marécages… » – Source : Dictionnaire Fare Vana’a de l’Académie Tahitienne.

6 Grosse bouteille de grès ou de verre, d’une contenance de 20 à 50 litres dont on se sert pour transporter les liquides.

7 Merci beaucoup Madame Vaitiare, en tahitien.

8 Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p128.

1 Tautira, mata’eina’a nō Tahiti iti

2 Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p.26.

Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p.19.

4 Ha’apotora’a nō te parau ra « tiare tahiti », te i’oa mau o tāua tiare ra o tei riro ‘ei taipe nō Tahiti – Nō roto mai i te Puta Fa’atoro Parau a te Fare Vāna’a.

5 E mā’a hotu

6 Mōhina rārahi e 20 ‘aore rā e 50 rītera ‘ei fāri’ira’a i te pape

Māuruuru

8 Flora Aurima Devatine, Au vent de la piroguière – Tifaifai, Éditions Bruno Doucey, 2016, p128.

Tehina de la Motte
Rédactrice web

© Photo de couverture : Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !