Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

Karola, joueuse du jeu vidéo LOL
passionnée

Karola, quand un jeu vidéo vous apporte engagement, amitié et amour

Publié le 28 décembre 2017

« LoL », vous connaissez ? Non, pas « lot of laughs », expression anglaise dont le sigle est communément utilisé pour qualifier rires et humour. LoL c’est League of Legends, un jeu vidéo… Femmes de Polynésie est allé enquêter pour tenter de comprendre Karola, membre de l’association Tahiti Nui Arena et de l’équipe GLHF (Good Luck Have Fun), spécialiste de ce jeu vidéo devenu incontournable dans le monde. 

Des centaines de millions de fans

Avant de bondir de votre chaise en vous disant « un jeu vidéo, cette chose qui distraie nos enfants de la vraie vie » ou « ces programmes virtuels qui abrutissent », analysons le phénomène. League of Legends a été créé par deux américains en 2005. Aujourd’hui, la société de jeux Riot Games appartient à Tencent Holdings, puissante société chinoise détenue par le milliardaire Ma Huateng. La société du jeu emploie plus de 3000 personnes dont un millier seul travaillerait à plein temps pour le jeu LoL. 

Comment est-ce possible ? LoL, ce sont plus de 100 millions de joueurs connectés chaque mois pour s’adonner à ce jeu en ligne. Depuis 2011, un championnat du monde est organisé dans une grande ville du monde rassemblant 40 000 spectateurs dans un stade et… plus de 80 millions de personnes en ligne ! LoL est devenu un spectacle incontournable et le Fenua1 suit le phénomène avec plus de 2 000 utilisateurs. Dernier symbole, Alan Roger est devenu récemment, le premier polynésien joueur professionnel, un « gamer » payé par une équipe australienne.

« Le jeu m’a aidé à m’épanouir »

Karola est membre de Tahiti Nui Arena, association qui fait la promotion des jeux vidéo et organise des tournois dédiés aux jeux vidéo. Plus de 200 visiteurs par weekend et près de 100 participants aux différents tournois. Karola est étudiante en Licence d’information et communication, elle espère continuer ses études en Nouvelle Zélande. Joueuse de LoL depuis cinq ans, pour elle, le jeu est une très belle aventure. 

© Tahiti Nui Arena 

Tout a réellement commencé quand elle est partie au Canada pour faire ses études. Loin de son île, Karola s’adapte mal, le jeu vidéo est devenu sa « safe zone », ou zone de sécurité. « J’étais enfermée chez moi mais je n’étais pas seule. » LoL a la particularité de se jouer en équipe de cinq et en ligne… Contacts obligés. « Je suis rentrée et j’ai retrouvé des jeunes avec qui je jouais en ligne depuis le Canada. » Très vite, Karola s’épanouit.

« Le jeu m’a aidé à casser des limites que je m’imposais, je me suis découverte. J’ai fréquenté une communauté soudée et j’ai eu envie de m’engager pour promouvoir le jeu. »

LoL, c’est un beau roman, c’est une belle histoire

Quand Karola s’engage dans l’association Tahiti Nui Arena, c’est aussi pour montrer les bons côtés de la pratique des jeux vidéo. 

« On veut dépasser ce stéréotype du jeu vidéo qui enferme… C’est le contraire qui se passe ! »

Il suffit de voir pour le comprendre. Les joueurs de LoL qui se retrouvent dans les arènes de la compétition, se connaissent. Beaucoup ont lié des amitiés et même plus… Pour Karola, LoL lui a permis de rencontrer son prince… C’est en jouant qu’elle a fait la connaissance de Vaiki, son copain.

L'équipe GLHF

« On s’est rencontré à la LAN2, pendant un week-end marathon où tous les équipes de joueurs de LoL viennent pour s’affronter. »

Au début, ils ne sont pas dans la même équipe jusqu’à ce que leurs équipes respectives se dissolvent. « Nous avons commencé à jouer dans la même équipe, la GLHF/ Good Luck Have Fun. C’est comme ça que notre histoire a commencé. » De quoi faire réfléchir sur les préjugés et les pratiques liées à ce jeu vidéo que Karola associe à plaisir, rencontre, bien-être et épanouissement personnel.

1 Polynésie Française
2 LAN est un acronyme anglais qui peut signifier : Local Area Network, en français réseau local, ce terme désigne un réseau informatique local, qui relie des ordinateurs dans une zone limitée, comme une maison, école, laboratoire informatique, ou immeuble de bureaux. (Source: Wikipedia)

Céline Hervé Bazin
Rédactrice web

© Photos : Céline Hervé Bazin et Tahiti Nui Arena 

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail