Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Profiteroles au chocolat
    Profiteroles au chocolat

Évasion

Sandy, une artiste à la créativité foisonnante au service du collectif « Terres d’art »
de fileuse de verre à céramiste

Sandy, une artiste à la créativité foisonnante au service du collectif « Terres d’art »

Fileuse de verre, perlière d’arts, céramiste et potière, Sandy est une artiste polyvalente à la créativité sans borne. Appliquant la technique potière japonaise du « raku » à la sauce polynésienne, elle crée des pièces uniques 100% fait main. Femmes de Polynésie a eu le privilège de visiter le repère de son collectif « Terres d’art » qui regroupe dix créateurs de talent.

Une artiste aux mille et un talents de fileuse de verre à céramiste

Arrivée sur le territoire en 2000, Sandy Garcia-Depeyris est revenue après une parenthèse métropolitaine (2009 à 2015) au Fenua avec la volonté de créer un collectif d’artiste et de poursuivre ses créations originales en Polynésie pour « Sandy Tahiti Créations ». 

« J’ai une double casquette en tant qu’artiste. La première, c’est fileuse de verre-perlière d’arts avec du verre de Murano (près de Venise). Et la deuxième, je suis céramiste spécialisée en raku (art japonais du 16ème siècle). »

Pour sa première casquette de fileuse de verre, Sandy remet au goût du jour une pratique ancestrale qui remonte au Moyen-âge. Elle tient à travailler avec des matériaux d’exception et se fait livrer le verre directement de Murano auprès d’une famille d’artisans qui continuent à perpétuer la tradition artisanale.

« Je fais partie de l’association des perliers d’art de France. Nous sommes moins d’une centaine à travailler à l’ancienne selon ces procédés. A chaque création, je produis un certificat d’authenticité. »

Une perle met entre 10 minutes et 1h30 afin d’être produite. Tout dépend de la complexité de celle-ci. Lors de la fonte de la baguette de verre entre 500 et 1000 degrés, Sandy fait étalage de ses talents. Concernant les bijoux, Sandy insiste sur le fait qu’elle est perlière d’art avant tout, et c’est par ce biais qu’elle est devenue créatrice de bijoux perliers.

« Dans mes bijoux, j’incorpore des matières précieuses qui résistent à la fonte à haute température comme de l’or 22 carats, de l’argent massif, des pierres semi-précieuses ou du sable noir de Tahiti. En revanche, le corail ne résiste pas à cette chaleur ! » 

Le « Raku » à la sauce polynésienne

Le « Raku » version polynésienne peut être traduit par l’« art de l’imparfait » et procure « des émotions incroyables » à l’artiste selon les mots de Sandy. En effet, lors de la cuisson à très haute température, des craquelures apparaissent sur l’émail de la poterie de façon totalement aléatoire.

« C’est ça ce qui est magique avec le Raku. Chaque pièce est unique, on est toujours surpris par le résultat, c’est inimitable comme style. On prend alors conscience des limites de l’homme, il faut savoir laisser la nature décider de la forme finale de l’objet ! »

Sandy parvient à produire différents objets d’art toutes 100 % faits main et uniques grâce à cette technique du Raku. Par exemple, elle produit des représentations de vahinés polynésiennes (« poupettes ») agrémentées de fleurs et chapeaux ou des collections de boîtes de toutes tailles ornées de perles noires de Tahiti ou de perles de verres filées.

« Je travaille également sur des petites statues de poissons. La technique du raku permet d’aboutir à un très beau rendu sur l’émail. Toutes mes pièces sont uniques et sont protégées devant huissier pour éviter toute copie. »

Pour Sandy, il importe de rappeler que tout son travail en tant qu’artiste entretient un lien fort avec la Polynésie.

« Je puise toute mon inspiration dans la Polynésie, dans ce cadre magnifique dans laquelle nous avons la chance de vivre, ses couleurs, ses formes, ses odeurs. »

Le sens du collectif avec « Terres d'art » qui regroupe dix artistes-créateurs du Fenua

En revenant au Fenua, une des priorités de Sandy était de mettre sur pied un collectif d’artistes dans différents domaines. Aujourd’hui, le collectif « Terres d’art » regroupe une dizaine d’artistes-créateurs avec Sandy : Pierre-Henri (jardins 3D), Enolyne (robes), Serge (gravure sur bois), Olivier (savonnerie), Marie (vannerie et tressage), Carine (peinture), Merehana (gravure sur verre), et Isabelle (mini-jardins).

« À la différence du verre qui est très dangereux, la poterie est plus accessible et je me fais une joie de partager mon savoir-faire ! »

Aussi, Sandy a pris l’initiative de créer un atelier de poterie pour adultes (lundi après-midi, mardi matin et samedi matin) et enfants (mercredi et vendredi après-midi) en coordination avec Edelweiss qui anime l’atelier aux côtés de Sandy. Pendant les vacances, elles organisent des stages intensifs. L’atelier de Sandy en poterie va être décliner dans les autres disciplines du collectif avec des ateliers-couture et vannerie, mais aussi savonnerie et menuiserie-ébénisterie.

« Au niveau du collectif, nous avons vraiment à cœur de partager avec les jeunes et les moins jeunes notre passion. »

Personnellement, Sandy a encore plein de projets en tête et aimerait produire des belles pièces pour vendre en galeries et organiser des expositions tout en continuant à dévouer son énergie au collectif. Elle sera présente au salon Bien-être à Toata en novembre, à l’assemblée de Polynésie en décembre avant Noël ou encore au salon de la fête des mères et à « Made in Fenua ».

« Cela fait plus de 25 ans que j’affine mes techniques de poterie et de filage de verre. J’apprends encore tous les jours. Quand on souhaite se lancer dans une carrière de créateur, il faut s’armer de patience sans se précipiter et la passion fait le reste ! »

Plus d'informations

G. C.
Rédacteur web

© Photos : G. C., Sandy Garcia-Depeyris

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail