Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • NEW SKIN

Mode & Beauté

Bijoux et perles de Tahiti - Femmes de Polynésie
création de bijoux

Eau d’île de Tahiti : des bijoux uniques pour des perles uniques

Publié le 5 décembre 2017

Cela fait presque vingt ans qu’Odile est arrivée en Polynésie. Avant sa venue, elle tombe amoureuse d’un jeune tahitien de 16 ans vivant en France, alors qu’elle en avait quinze. Un mariage, des études en métropole finies et trois filles plus tard, Odile et son mari tahitien réalisent leur projet de vie et viennent s’installer en Polynésie. Aujourd’hui maman célibataire de quatre filles qui portent toutes un prénom polynésien, elle ajoute : « j’adore ce pays, je ne me vois pas vivre ailleurs. »  Du Fenua1, elle aime la douceur de vivre, la gentillesse et le sourire des gens qui réchauffe. Femmes de Polynésie est allée à la rencontre de cette femme passionnée par les perles noires de Tahiti, parce que : « comme nous, chacune est unique, de par sa couleur, sa taille et sa forme différente. » 

« Les bijoux ? Au début j’en ai fait pour mes filles, les copines de mes filles, mes amies, mes sœurs… »

Avec quatre filles à la maison, c’est dans une atmosphère ultra féminine qu’Odile vit. Douceur, grâce, charme, on aime plaire à la maison. Tout naturellement, en 2006, Odile commence à faire des bijoux pour ses filles, bijoux à base de perles noires de Tahiti très appréciés par leur entourage. Petit à petit, Odile se met à créer de plus en plus, toujours avec passion.

« Au début, ce qui me faisait plaisir, c’était de les faire, plus que de les vendre. C’était un passe-temps. Puis, d’un passe-temps, c’est devenu une passion. »

Deux mallettes pleines de bijoux plus tard, Odile se décide, sous les conseils de ses proches, d’ouvrir en 2013 une Très Petite Entreprise (TPE) « Eau d’île de Tahiti », pour pouvoir les vendre. Elle en a déposé la marque.

« Je me vois mal vendre un bijou que je ne ressens pas. »

Créer des bijoux ? Odile aime ça car dit-elle : « on est dans une bulle, on ne pense qu’à ce qu’on pourrait faire. »

Perfectionniste dans l’âme et marchant au coup de cœur, elle ajoute : « Un bijou doit d’abord me plaire, si ce n’est pas le cas, je le défais et le refais jusqu’à ce qu’il me plaise. »

Elle met un point d’honneur à ce que la plupart de ses bijoux soit une pièce unique : « pas deux fois la même chose. Il y aura souvent des différences. »

« Patience, imagination, créativité, et temps : des ingrédients indispensables quand on se lance dans cette aventure. »

Faire des bijoux : pour Odile, cela lui apporte un ressourcement : « je suis dans ma bulle, concentrée, et je fais abstraction de tout le reste. Avoir la satisfaction de créer quelque chose de beau, c’est une certaine réalisation de soi. »

« Dans la création, je n’ai pas de limite, j’aime bien toucher à tout. »

Bien qu’Odile ne fasse des bijoux qu’avec des perles noires, elle les marie toujours avec un ou plusieurs matériaux comme :

  • Le cuir
  • Le caoutchouc
  • La résine
  • L’os
  • Les perles fantaisies
  • Les rocailles (petites nacres)
  • Les coquillages
  • Le corail rouge /noir
  • L’obsidienne
  • Le sable blanc / noir
  • L’abalone
  • La pierre de lave
  • Du mât cramé

Pour cela, elle a dû investir dans du matériel tel que :

  • des pinces
  • des perceuses
  • des fils
  • une meuleuse
  • une mini perceuse dremel

Aujourd’hui, Odile propose des bijoux de styles différents pour convenir à tous les goûts et à toutes les bourses allant de 2 000 F à 200 000 F. Chacun de ses modèles est protégé par Copyright.

« Ma maman disait toujours : quand on est jeune, il faut être élégante pour plaire. Quand on est moins jeune, il faut être élégante pour ne pas déplaire. Les bijoux permettent d’avoir cette élégance. »

La coquetterie, ce désir de plaire, une particularité qui se transmet de génération en génération dans la famille d’Odile. Mais c’est surtout se plaire à soi-même, se découvrir soi-même et se révéler à soi-même, qui importe finalement : parce que personne ne s’occupera aussi bien de nous que nous-même.

Plus d'informations

Sur la page Facebook Eau d’île de Tahiti
Et par mail à odilemoorea@gmail.com

1 Polynésie française

Tehina de la Motte
Rédactrice web

© Photos : Eau d'île de Tahiti et Femmes de Polynésie

Facebook

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail