Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Mode & Beauté

Teviru Fakarava, Tepoe une entrepreneuse décidée
fabrication d'huile de coco vierge

Teviru Fakarava : le savoir-faire d’une jeune entrepreneuse

Fakarava, dans l’archipel des Tuamotu : le nom d’un atoll qui fait rêver… C’est là que Tepoe est installée avec sa famille. Aujourd’hui, à 26 ans, la jeune femme y produit des huiles de coco vierge et des huiles de tamanu pures. Un savoir-faire qu’elle a acquis avec sa sœur, soutenues et accompagnées par leur famille, avec une volonté de transmettre aux jeunes femmes le désir de créer, d’avancer et d’entreprendre. Femmes de Polynésie l’a rencontrée à l’occasion de sa venue à Tahiti.

Histoire et production familiale

Timide et réservée, Tepoe est aussi une entrepreneuse décidée, persévérante et toujours souriante. Elle lance son activité en 2015, mais a voulu rester discrète jusqu’à maintenant, le temps de structurer sa production. Elle travaille en étroite collaboration avec sa sœur aînée, Maurea.

« C’est une vieille idée de notre père, ça faisait dix ans qu’il en parlait. Au départ ça ne germait pas trop dans nos crânes… »

Tout commence lorsque Maurea part plusieurs mois en Nouvelle-Zélande, où elle a l’occasion d’observer le mode de vie des Néo-Zélandais et surtout le nombre de magasins spécialisés en produits diététiques et healthy food1« J’y ai repensé. » nous confie Maurea, avec pour idée de départ le sucre de coco.

« J’ai appelé mon père, ma petite sœur et on en a discuté tous les trois. »

La production du sucre de coco s’avère compliquée : la récolte de la matière première est difficile. Ils décident donc de se pencher sur l’huile de coco. Maurea fait des recherches sur les différentes méthodes de production et monte un dossier qu’elle présente à Tepoe et à leur père à son retour.

« N’ayant pas d’activité à Fakarava à ce moment-là, je me suis dit pourquoi pas. » nous confie Tepoe.

Les deux jeunes femmes s’essayent alors à la production de l’huile de coco avec du matériel domestique, une râpe traditionnelle… Analysés par l’Institut Louis Malardé de Tahiti, les premiers échantillons sont une réussite et leur permettent de mettre en place leur premier protocole de production ! Elles retiennent la méthode de la décantation et en janvier 2015, Tepoe produit ses premières bouteilles et commence à s’équiper. En avril 2015, Maurea présente les produits TEVIRU FAKARAVA au salon Made In Fenua.

Aujourd’hui, Maurea s’occupe du marketing et de la création des produits de soins et son fils Turatahi de la distribution, à Tahiti. À Fakarava, Tepoe et Steeven, son compagnon, gèrent essentiellement la production des matières brutes et la réalisation de certains produits de soins, sur la base des recettes élaborées par Maurea. Tepoe et Steeven s’approvisionnent chaque semaine en noix de cocos débourrées auprès des coprahculteurs, mais aussi dans les cocoteraies des particuliers. Tous deux produisent environ 40 litres d’huile par mois, avec un peu moins de 200 cocos par semaine.

Une lignée de guérisseurs

« Notre grand-mère maternelle soignait les gens par les plantes. »

Maurea a été élevée par sa grand-mère maternelle, originaire de Fatuiva2 aux Marquises et décédée alors que Tepoe n’avait que cinq ans, et a ainsi pu observer son travail et sa pratique.

« Je disais à ma petite sœur : peut-être que l’on tient ça d’elle finalement, sans nous en rendre compte. »

Les deux sœurs n’ont jamais pu mettre la main sur le cahier de recettes que leur grand-mère tenait. Mais c’est leur tante qui leur a ouvert les yeux en leur disant : « C’est peut-être vous finalement qui avez ce don de pouvoir soigner les gens. » Et en discutant avec leur maman, elles apprennent qu’elles descendent d’une lignée de guérisseurs.

« Ça nous parle davantage, on se dit que ce n’est pas un hasard. »

Des produits 100% naturels

À Fakarava, Tepoe produit deux huiles qui lui servent de base : l’huile de coco vierge pure et l’huile de tamanu pure. L’huile de coco est à la fois alimentaire et utilisée pour le corps. Elle crée ensuite des soins, des huiles de massage, des crèmes, des baumes cicatrisants au tamanu, des baumes à lèvres en suivant les préconisations de sa sœur.

« Tous nos produits sont 100% naturels. Nous les faisons d’abord pour nous et quand nous voyons que cela plaît, nous en proposons à la vente. »

Gousses de vanille, bananes séchées, menthe, fleurs, peaux d’oranges, de citrons, de mandarines, ou encore de pamplemousses… sont ajoutées à l’huile de coco vierge pour leurs vertus thérapeutiques et leurs douces senteurs.

« Pour les fleurs, on ajoute des roses de Damas qui poussent chez nous à Fakarava, le noni, la tiare, la kahaia, fleur emblématique des Tuamotu, la fleur de hinano ou du miri, notre basilic local. Nous prenons tout ce qui est à notre portée et qui renferme des propriétés thérapeutiques. Parfois, nous faisons appel à la famille de Fatuiva2 pour du vetiver, du santal… »

Par exemple, l’huile de Tamanu mélangée à l’huile de coco parfumée est une idée de Maurea.

« Je ne supportais pas trop le tamanu, son odeur et même l’effet, trop agressif pour ma peau mais aujourd’hui avec l’habitude j’apprécie davantage. Un jour, j’ai mélangé l’huile de tamanu et l’huile de coco vanillée, mes amies ont trouvé ça super, du coup on a lancé ce produit. C’était notre tout premier produit dérivé et c’est un produit que je dédie à nos parents qui nous soutiennent depuis le début. Notre père en investissant dans un atelier et laboratoire à Fakarava et notre mère avec ses plantes et ses fleurs qu’elle cultive et met gentiment à notre disposition, sans parler de ses précieux conseils quant à la production de l’huile de tamanu. Sans eux, l’aventure n’aurait peut-être pas pu se faire ou aurait été encore plus difficile. »

Il existe de nombreuses méthodes pour produire l’huile de coco. Alors, pour conserver toutes les vertus de ses produits, Tepoe utilise la pression à froid pure, qui ne nécessite aucune chauffe : pas de séchage au soleil, pas de cuisson… Lors de la production, la première huile récupérée est réservée à l’alimentaire et la deuxième fournée est destinée aux produits pour le corps. Parmi les nombreuses variétés de coco, la jeune femme en a sélectionné seulement quelques unes, qu’elle utilise exclusivement pour leur goût et leur odeur.

Faire évoluer Teviru Fakarava

Pour le moment en patente et bien décidée à faire grandir l’entreprise familiale, Tepoe et la petite équipe envisagent de monter une société, et pourquoi pas, d’embaucher par la suite tout en gardant la production de ses huiles à Fakarava.

« Notre idée, c’est aussi de pouvoir former des jeunes couples de Fakarava et des atolls voisins, à la production d’huile de coco, sur la base de notre protocole. C’est une manière de vulgariser notre savoir-faire, de le transmettre au maximum. »

Avec une dizaine d’années d’écart, les deux sœurs ont deux frères entre elles qui proposent les produits Teviru Fakarava à leurs clients. Tous les deux sont pêcheurs professionnels, l’un à Tahiti et l’autre à Fakarava, où les touristes peuvent également visiter l’atelier de Tepoe.

« On essaye de partager notre activité au maximum. »

L’équipe de Teviru Fakarava apporte également son soutien à plusieurs athlètes dans le domaine des sports aquatiques et des sports de combat, ainsi qu’à des artistes de la chanson et de la danse.

Pour Tepoe, son parcours doit être source d’inspiration : il faut transmettre sa culture et son savoir-faire pour qu’ils perdurent dans le temps, c’est ce qui fait aujourd’hui la valeur des îles polynésiennes. Elle souhaite aussi montrer aux jeunes femmes qu’elles ne doivent pas hésiter à se lancer, dans cette activité ou dans une autre, et qu’il est possible de surmonter les obstacles d’un chemin qui peut paraître semé d’embûches.

Pour Tepoe et sa sœur : « La réussite de l’un(e) des nôtres, c’est la réussite de tous ». Se soutenir et se motiver au sein de la famille est important, mais il faut aussi aller bien au-delà des liens familiaux, pour que chacun contribue à la transmission des savoirs et à la promotion de notre culture.

Plus d'informations

Sur la page Facebook Teviru Fakarava pour en savoir plus et commander des produits. 
Sur le catalogue Teviru Fakarava. 

1 Healthy food : nourriture saine, variée et équilibrée, bonne pour le corps.
2 Fatuiva : clin d’œil aux grand-parents de Maurea et Tepoe, pour l’île de Fatu Hiva aux Marquises.

Camille Lagy
Rédactrice web

© Photos : Femmes de Polynésie, Teviru Fakarava

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail