Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Hinano, 25 ans de Champion Moorea

Publié le 8 juin 2019

25 ans d’une vie professionnelle à proposer le meilleur du terroir de Moorea, sur l’île sœur,  Femmes de Polynésie a trouvé l’une des plus anciennes employées de Champion : Hinano Tetuira. Elle nous confie avoir eu une chance inouïe d’y avoir été intégrée. 

LE ‘ORI POUR COMMENCER !

C’est à Vai’are, à moins d’une demi-heure de traversée, que nous nous sommes rendus. Un saut de puce sur l’île sœur pour y rencontrer Hinano. Elle est sur le point d’achever son service commencé à 6 heures du matin. Elle aura effectué mille et un aller-retour entre sa salle réfrigérée à 4°C et le rayon d’étals où elle y range fruits et légumes par 20°C.

Une voiture nous conduit en 3 minutes sur le parking désormais couvert de panneaux photovoltaïques du Supermarché Toa Moorea devenu Champion Moorea en 2001. C’est dans ce complexe en pleine mutation que nous retrouvons notre interlocutrice, dans le bureau de son directeur. Le tee-shirt de la société sur le dos, les cheveux tressés, elle n’est pas très à son aise et puis au fil de la conversation, elle parvient à nous partager quelques bribes de son histoire.

On apprend qu’avant d’être une employée Hinano a pratiqué jeune le ‘ori Tahiti. Originaire de Maharepa, elle a quitté l’école rapidement avec des rêves de scènes à l‘international. Elle les a réalisés pendant quatre ans et elle ne reverra son île natale qu’à sa majorité.

« La danse m’a amené en Nouvelle-Zélande, en Amérique, partout dans  le monde. »

D’ailleurs l’un de ses deux frères, Damien, danse actuellement en France. Hinano ne s’en rend pas compte mais elle a le visage qui s’illumine à chaque anecdote de cette vie passée. À son retour, subvenir à ses besoins s’est très vite imposé. La danseuse élevée dans les valeurs de la chrétienté n’a pas hésité à plonger les mains dans la terre pour planter. Le produit de son agriculture n’était pas suffisant. Il a fallu trouver un emploi.

« ON S’ENGAGE À FOND ! »

Il y a 25 ans, une connaissance issue du milieu de la danse l’a informé qu’un magasin était sur le point d’ouvrir sur Moorea. Hinano qui n’a pas peur de retrousser ses manches a postulé. Sa candidature a été retenue. De magasinière, où elle restera en poste pendant trois ans, elle a été mutée au rayon fruits et légumes voilà 22 ans.

« Je ne suis pas fiu ! Alice, ma chef m’apprend des choses, de nouvelles méthodes, et lorsqu’elle est absente, je m’occupe des commandes. »

L’ambiance était autant à la fête qu’au travail. Elle a vu de nombreux visages passer depuis toutes ces années, mais l’état d’esprit de la société demeure intact. À ce jour, près d’une quarantaine de salariés sont recensés. Le travail d’équipe est toujours valorisé

« À Moorea on consomme local ! Pamplemousse, ananas, avocats, pota vert, pota blanc, radis, menthe basilic. Ça fait vivre les producteurs locaux. »

Le libre-service fait peau neuve, le super deviendra un centre commercial.  Il offre déjà 15 000 références de produits aux résidents et visiteurs. Une galerie marchande est attendue avec de nouvelles enseignes. Champion fête ses 25 ans, il fallait bien marquer ce passage d’une façon qui augure de nouveaux défis et de nouvelles offres.

« Le changement, c’est bien ! Je n’ai pas d’enfants, mais des nièces et neveux à qui je répète que lorsque vous aurez un travail il y a des règles à suivre, et il n’est pas question de voler. »

« Chez Champion, un client c’est sacré ! », a parcouru les années. Plus de deux décennies pour Hinano qui n’aurait jamais cru possible de travailler au sein d’un même établissement autant de temps ! Pourtant à 38 ans, elle a à son actif un quart de siècle dont 22 ans au rayon fruits et légumes de Champion Moorea. Elle, un bout de femme au caractère bien trempé, bosseuse, humble et débrouillarde.

45 minutes se sont écoulées depuis le début de notre entretien et Hinano est sur le point de prendre congé. Elle conclut notre rencontre en nous annonçant qu’après le Supermarché, elle se rend dans son faa’apu auprès de ses cocotiers, pamplemoussiers, citronniers et autres manguiers qu’elle cultive pour  sa consommation familiale.

« Il faut être bosseuse, et je n’ai pas hâte d’être à ma retraite, je ne suis pas fiu de travailler. Je suis reconnaissante. »

Plus d'informations

Sponsorisé par : SAGES Champion Moorea

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !