Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Hukelani Yieng Kow, une voix venue du futur ! - Femmes de Polynésie

Kulani Yieng Kow, une voix venue du futur !

Publié le 1 octobre 2018

« Laisser un monde meilleur !» la formule peut paraître désuète mais pas pour Kulani Yieng Kow. Cette étudiante à l’esprit pragmatique, met en pratique sa foi au quotidien : agir pour un environnement raisonné. Une ligne de conduite qu’elle applique dans sa vie de femme et de citoyenne. Une vie qu’elle a choisi de partager à toutes les Femmes de Polynésie.

« La femme polynésienne est l’ambassadrice de la nature luxuriante de notre fenua, son rôle de protectrice de l’environnement est inné. »

Élevée aux valeurs du Fenua

Le respect et le partage en héritage, Kulani Yieng Kow, deux décennies de vie à peine, nous renvoie à nos valeurs. Des valeurs reçues de ses parents et de l’enseignement protestante. Maheanuu, Vienot, Lycée-collège Pomare IV. Après l’obtention de son bac S en 2014 elle part seule en France pour poursuivre ses études… en chimie moléculaire à L’université Paul SABATIER de Toulouse.

« Je serai diplômée en février prochain et à l’issu je prévois de réaliser un stage à l’étranger dans une entreprise axée sur l’environnement en attendant la session d’inscription au master en juin. »

Pas si seule que ça ! Kulani est en colocation avec Kainoa Tauira. Son compagnon est inscrit à l’école d’ingénieur interne, l’UPSSITECH. Colocation implique loyer donc travail. Elle a pris un job étudiant à KFC. Elle travaille de nuit après les cours. Cette rentrée d’argent lui permettra aussi de financer son déplacement pour son stage ou en Suisse ou en Belgique.

« A la rentrée prochaine, je souhaiterai entrer dans un Master chimie verte. »

Une scientifique engagée

Nous y voilà, car Kulani a des convictions personnelles. Elle a pris l’initiative depuis 2 ans de se défaire des produits chimiquement dangereux pour l’environnement et pour la santé. Elle formule elle-même ses produits ménagers (liquide vaisselle, produit multi-usage, lessive liquide) et cosmétiques (barre de savon, shampoing solide, baume à lèvre, déodorant…), afin de prévenir la pollution, en concevant des produits plus sûrs et en utilisant des produits renouvelables.

« Dans mon quotidien j’essaie d’utiliser de la récup, mon canapé par exemple est en palette. Je me déplace principalement en bus (électrique à Toulouse) mais pour de court trajet j’utilise mon vélo acheté d’occasion, je fais mes courses à vélo par exemple.  N’ayant pas de structure pour attacher nos vélos dans la résidence et ayant une place de parking de voiture inoccupé, mon compagnon et moi avons fabriqué avec une palette notre structure pour vélo. »

Elle n’hésite pas à communiquer ses convictions à ses amis et son entourage. Un bouche-à-oreille aux effets immédiats avec des amies qui se sont également mises aux cosmétiques DIY :

« On réalise des ateliers créations de temps en temps. J’ai au cours de mes études pu présenter mes craintes sur certains sujets au travers de projets oraux, comme par exemple la contamination du poisson par le mercure, sujet qui était inconnu pour ma classe avant mon exposé. »

Elle sensibilise jusqu’à son Université. Elle soulève la problématique de l’usage excessif de matière plastique comme les verres en plastique.

« Sur le campus il y a au moins deux machines à café par bâtiments, il y au moins une trentaine de bâtiments et avec plus de 33 000 étudiants et 5000 personnels, si chacune de ses personnes achetait un café dans la journée, cela reviendrait à utiliser 38 000 verres en plastiques et pour une courte durée. Les chiffres sont encore plus catastrophiques à l’échelle du pays. »

La tête pleine de projets

Après ses études elle compte travailler quelque temps en Europe. Acquérir de l’expérience afin d’être force de propositions comme faciliter l’accès des Polynésiens aux matières premières. Ils concevraient eux-mêmes dans un premier temps des produits cosmétiques et ménagers.

« Pour cela, je souhaiterai créer mon entreprise-laboratoire qui utilisera les ressources naturelles de notre Fenua (exemples : plantes, fruits…) et les transformera en matières premières (exemples : huile essentielles, huiles végétales…), pour les mettre en ventes et éviter ainsi l’importation de produits coûteux. Mettre en place des ateliers d’apprentissages et de confection utilisant les produits vendus, promouvoir ce mode de fonctionnement qui tend vers l’autonomie. Je prends pour modèle une entreprise française, “Aroma-Zone”. »

Le but ne sera pas de produire en grandes quantités mais bien de promouvoir une façon de faire plus respectueuse de l’environnement et de transmettre un savoir faire accessible par tous. Ainsi, la production de ses dites matières premières sera en accord avec “les 12 principes de la chimie verte”.

« Ce sont des sujets qui tirent en moi la volonté d’améliorer le rapport Homme-environnement par le biais d’une chimie plus respectueuse et d’éveiller les consciences. »

Gardienne du paradis

A bien des égards elle considère que la communication par le biais d’exemple concret est plus parlante que des textes et des discours bien tournés. Pour faire réagir la population, il faut leur donner les moyens d’agir.

« Prenons l’exemple des sacs plastiques, oui les sacs plastiques c’est mal pour l’environnement, mais si l’on ne propose pas d’alternative concrète à la population, le mal subsistera. Oui les couverts en plastiques jetables c’est mal, mais y a-t-il une alternative que les roulottes (par exemple) peuvent utiliser ? Je pense que le meilleur moyen est de donner des solutions plutôt que de soulever les problèmes. S’il y a des solutions, il n’y a plus de problème. »

Autre modèle ? Elle prend celui de Béa Johnson. Représentante du mode de vie “zero waste” et auteur du livre “comment j’ai réalisé 40 % d’économie en réduisant mes déchets à moins de 1 litre par an !”. Voici à ses yeux une initiative personnelle qui a abouti à quelques choses de plus grand et qui continue d’inspirer.

« Les actions parlent plus que des paroles est ma philosophie. Je pense que le changement n’est pas une question de lois ou d’interdictions mais un choix. En tant que personne, on est libre d’agir, quel que soit les projets prévus par les autorités du pays, je pense que la population a la possibilité d’agir en faveur de l’environnement. »

Kulani toujours aussi posée énonce quelques pistes comme le Transport public.

« Par développement des transports en commun je parle de démocratisation et pour cela il faudrait mettre en place un système de paiement par abonnement avec prix réduit pour les -26 ans et les séniors et de disposer de bus adapté et plus nombreux. Je prends pour exemple Tisseo, réseau de transport en commun de Toulouse. »

A son sens favoriser le développement des transports en commun permettrait de désengorger les routes et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Elle soumet également l’hypothèse du « Commerce- distribution » qui favorise l’idée « d’acheter mieux pour consommer moins » en misant sur la qualité plutôt que la quantité. Le concept étant de privilégier les producteurs locaux plutôt que l’importation.

En listant ses objectifs il apparait très clairement que Kulani souhaite mettre en avant ce que nous avons plutôt que de souligner ce que nous n’avons pas.

« Mahatma Gandhi a dit un jour “ soyez le changement que vous voulez voir dans le monde”. Si vous pensez que le gouvernement ne fait rien, alors pourquoi ne pas commencer par faire quelque chose soi-même ? Pourquoi attendre que la loi dise NON au plastique pour que vous commencez à dire non à votre tour ? La femme polynésienne est l’ambassadrice de la nature luxuriante de notre fenua, son rôle de protectrice de l’environnement est inné. En tant que femme polynésienne, j’aime à penser pouvoir un jour apporter ma pierre à l’édifice qui régit notre société en la rendant meilleure vis à vis de l’environnement. »

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Kulani Yieng Kow

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail