Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Leçons de girl-power avec Poerani Albert
parcours de vie

Leçons de girl-power avec Poerani Albert

Architecte d’intérieur, danseuse professionnelle, jeune entrepreneuse, voyageuse compulsive… Poerani Albert a un parcours aussi riche que atypique. Et à 31 ans seulement, cette jeune Polynésienne hyperactive compte bien encore rajouter d’autres cordes à son arc.

Née à Papeete, Poerani Albert a grandi à Moorea. Après avoir fait sa scolarité entre Moorea et Tahiti, Poerani part en France, à Marseille, où elle a été reçue en école d’architecture. Mais au bout d’un an et demi, elle ne s’y plaît pas : 

« À 18 ans, partir aussi loin de sa famille n’était pas évident. Je n’avais pas le sens des responsabilités, j’avais besoin d’encadrement. Je n’étais pas prête pour vivre seule »

Des problèmes familiaux n’aidant pas, Poerani rate sa première année. Elle déménage à Montpellier où vit son petit ami de l’époque : 

« Je ne me sentais pas bien… Pendant six mois, je n’ai plus donné de nouvelles à mes parents et j’ai fait ma geek à jouer à des jeux en ligne alors que j’avais mon prêt étudiant qui courait ». 

Une période compliquée pour la jeune fille.

C’est en voyant une publicité sur une école privée d’architecture d’intérieur – l’ESAI Cours Besil – au détour d’une rue, qu’elle a un déclic. Elle décide de reprendre sa vie en main et s’y inscrit. 

« Montpellier était une ville plus agréable à vivre que Marseille à l’époque. J’avais tout à proximité, c’était plus petit, il y avait des transports en commun… »

Encadrée, plus mature aussi, Poerani réussit son école d’architecture. Durant ses études, elle voyage dès qu’elle le peut que ce soit en Europe (Égypte, Corse…) ou quand elle rentre pour les vacances en Polynésie.

Après un stage à IKEA à Montpellier : « C’était très intéressant et enrichissant d’être à l’intérieur de cette grosse machine », et un autre stage à l’atelier d’architecture Zagury au Maroc à Casablanca : « J’en ai profité pour aller à Tanger, à Marrakech, à Chefchaouen… J’ai pris des vieux trains, c’était l’été, dans le désert, 47° à l’ombre sans clim, c’était génial ! », Poerani part à Paris faire son stage de fin d’études : « J’ai adoré ce brassage culturel, chaque quartier est différent. C’est une ville qui ne dort jamais ! ».

Montpellier-Istanbul en stop

Passionnée par les voyages, avide de liberté, habitée par le goût de l’aventure et animée par celui du risque, à 23 ans, Poerani décide avec une amie de faire un road-trip en Europe :

« Pour fêter mon diplôme, on a décidé de faire un Montpellier-Istanbul en stop. »

Pendant cinq semaines, elles partent juste avec leur sac-à-dos et leur bagout :

« C’était l’expérience de ma vie. On tombait souvent sur des gens qui se faisaient du souci pour nous : deux jeunes filles, une blonde et une brune, qui font du stop, c’est pas commun. Tout c’est super bien passé. J’ai trouvé qu’Istanbul était une ville plus ouverte que l’Égypte ou le Maroc. On s’est fait des amis qui nous ont hébergé. J’ai beaucoup appris durant ce voyage. »

De retour à Paris, Poerani décide de chercher du travail. Pas question pour elle de rentrer au fenua : « Je voulais d’abord faire mon expérience à Paris et j’avais besoin de vivre dans une grande ville ». L’ancienne entreprise où elle était en stage l’embauche à mi-temps :

« Cela ne suffisait pas pour vivre à Paris donc je travaillais à côté en tant que serveuse. Je travaillais 7 jours sur 7 et j’enchaînais les collocations. »

Finalement, le cabinet d’architecture l’embauche à plein temps, et Poerani emménage dans son propre appartement. Une libération. En 2011, après un séjour à Tahiti, elle se rend compte que son île commence à lui manquer. Mais il n’est toujours pas question pour elle de rentrer : trop de voyages à faire et trop d’expériences professionnelles à acquérir. Elle prend tout de même des cours de Ori i Tahiti avec l’école de danse de Tahiti Cambet et intègre la troupe de danse ‘O Tahiti Nui, pour garder un lien avec ses racines.

En 2014, Poerani travaille dans un nouveau cabinet d’architecture. Mais victime de harcèlement moral, elle décide de partir, et prend des cours de boxe : « Cela m’a redonné confiance en moi ».

« Mon PEL (Plan Epargne Logement) s’est transformé en PEF : Plan Epargne Fun. »

En 2015, après une rupture amoureuse douloureuse, Poerani est au plus mal : ses parents lui conseillent de revenir au fenua : 

« Mon PEL (Plan Epargne Logement) s’est transformé en PEF : Plan Epargne Fun. J’ai fait du saut en parachute, du surf… »

Elle recharge ses batteries au soleil avant de retourner en France où elle retrouve un travail, et participe au Heiva i Paris, qu’elle gagne avec sa troupe. Poerani s’investit de plus en plus dans la danse et enchaîne les concours et les prix. Fin janvier 2017, elle sent que Tahiti l’appelle. Elle rentre alors pour de bon :

« Mes trois premiers mois ont été difficiles : je n’avais plus mes repères, plus mes amis de France… Alors je me suis raccrochée à fond à la danse. »

Elle s’inscrit au Heiva i Tahiti avec Tahiti Ia Ruru Tu Noa et créé sa patente d’architecte d’intérieur (Tahu’a Fare) dans la foulée :

« J’avais envie de me lancer seule, de créer ma société. Je suis un peu une tête brûlée et j’ai du mal avec la hiérarchie. »

Grâce au bouche à oreilles, elle trouve rapidement des clients et développe progressivement son réseau.

© Crédit photo gauche : Maria-Eugenia Arbanil / © Crédit photo droite : 'Anapa Production

Après le Heiva, elle rencontre Tiare Trompette qui lui propose d’intégrer sa troupe Hei Tahiti :

« J’avais besoin de voir autre chose pour trouver mon style. »

Elle participe au Hura Tapairu :

« Et dire que je pensais que mon premier Heiva était difficile… Avec le Hura, j’ai jamais autant galéré, je peux dire que je m’en souviendrais toute ma vie ! »

Poerani rentrera ensuite un mois en France pour participer au Heiva i Paris avec ‘O Tahiti Nui, avant de revenir pour préparer le Heiva i Tahiti 2018, toujours avec Hei Tahiti.

© Crédit photo : CCISM

Lauréate de la Startup Cup en Polynésie

Entre ses répétitions de danse et son travail d’architecte, Poerani trouve encore le temps de s’inscrire à la Startup Cup, une compétition lancée en mai 2018 pour les nouveaux entrepreneurs de Polynésie, et qu’elle remporte haut la main. Elle gagne 500 000 CFP et un an d’accompagnement par l’incubateur Prism de la chambre de commerce. Son projet nommé TE NATI propose de relier le savoir-faire des costumes de danse traditionnels avec le monde entier via la création d’une application pour créer puis commander (et permettre d’exporter) des costumes de danse en végétal sec made in Tahiti.

Heiva I Paris © Crédit photo : Ken et Serena Calters

« Avec le recul, je réalise aujourd’hui que dès que tu veux quelque chose et que tu te donnes les moyens, ça vient à toi. Alors oui, je doute souvent, oui, je me remets en question tous les jours, car on n’est jamais certain dans la vie, mais ce qui est sûr par contre, c’est qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets. Et je me suis rendue compte qu’à chaque fois que j’osais, c’était super. »

Noémie Schetrit
Rédactrice web

© Photo de couverture : Maria-Eugenia Arbanil
© Photos article : Poerani Albert, O Tahiti Nui – Isabelle Dupré, Maria-Eugenia Arbanil, ‘Anapa Production, CCISM

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail