Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Odile, une femme fière d’être polynésienne.

Publié le 28 décembre 2018

Odile est en charge de l’animation commerciale de la CCISM (Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers de Polynésie française). Un secteur à la fois en plein essor et mutation. Malgré ses doutes concernant cet entretien, elle a accepté de nous recevoir dans son bureau. Femmes de Polynésie vous brosse le portrait d’une femme qui veut faire savoir qu’elle est « une femme polynésienne et fière de l’être »

Chop Suey dans le sang

Notre rencontre du jour est une de ces femmes qui ne demande rien et qui s’active pour obtenir ce qu’elle veut ! Une détermination à toute épreuve héritée de ses parents. Une mère aux racines plantées à Huahine et Rurutu, un père à la double nationalité française et américaine.

« Un Chop Suey dans le sang comme on dit. Les valeurs qu’ils m’ont léguées sont le respect et la débrouillardise. »

Un principe de vie qu’elle a fait sienne. Après une « banale scolarité » à l’Université de la Polynésie Française, elle se destine à des études en markéting. Une compétence qu’elle élargira au sein d’une grande enseigne commerciale.  

« J’ai aidé mon employeur à développer son activité à un moment où l’enseigne était en pleine mutation. Mon travail a été mon seul moteur et cela m’a valu d’être repérée et orientée vers la CCISM où après avoir réussi un concours j’ai mis à profit ce savoir-faire au service des commerçants. »

Le métier de manager de centre ville

L’animation, la dynamisation, la jeune Odile se découvre bientôt une passion pour le métier de Manager de Centre Ville. Il a pour fonction d’animer et redynamiser la ville selon un plan structurel. Bémol, son job de rêve ne s’enseignait pas au fenua.

« J’ai pu faire une formation en parallèle à mon métier, donc j’ai été en Belgique faire une licence spéciale en gestion et développement urbain. Je suis partie au cœur, au berceau de ce métier qu’est manager de centre ville, je suis allée me former à la source. »

La compétence en poche elle revient au fenua et devient force de propositions notamment dans le cadre de l’association “Papeete Centre Ville”.

« Stationnement, sécurité, avoir une vision beaucoup plus large de la vie en ville en aménageant des passages piétons par exemple. C’est ça le métier de manager de la ville, ce n’est pas uniquement de l’animation. »

Depuis, rigueur, discipline, organisation, ordre et vision complètent la liste de ce personnage à la forte personnalité et il en faut pour mener à bien des projets de grandes envergures.

« La femme a toute sa place et dans tous les domaines d’activités. Elle est réfléchie, posée, ce qu’elle va mettre en place c’est avec son cœur, avec son âme, avec sa force, avec ses tripes. »

Odile est pertinente, pragmatique et indiscutablement convaincante. Il n’est pas donné à tout le monde d’évoluer dans un univers « de patrons » avec des arguments sans failles. 

« Il est vrai que dans mon métier j’ai à faire avec des professionnels, délicats pour certains. Ce n’est pas rose tous les jours mais je retiens le meilleur. »

Le meilleur en date est l’événement Black Friday. Il porte sa signature. Malgré la date choisie les consommateurs étaient présents et les commerçants ont réalisé un bon chiffre d’affaires.

« De voir ces gens présents au rendez-vous a fait le succès de l’événement ! Ça pour moi c’est une réussite ! Parce que derrière il y a un travail fastidieux faut pas croire, c’est du boulot, je suis seule dans mon service, je me fais aider par des stagiaires à qui j’aime transmettre mon savoir. »

Odile est de cette génération de connectés qui voit dans le digital la nouvelle plateforme Marketing.

« Désormais le digital prend toute sa place, par conséquent je prépare un Master en Marketing Digital et événementiel par correspondance avec la CCI de Paris. Le digital évolue et il faut se former pour évoluer avec lui »

Dans ce contexte du tout virtuel il ne faut pas oublier sa propre réalité. Celle d’Odile s’est matérialisée en association « Tamarii CCISM ». Vous devinerez aisément qu’elle la préside et que ce nouveau rôle lui tient à cœur.

« Ce n’est pas évident de motiver les collègues, l’ambiance n’est vraiment pas au beau fixe. Notre association n’est pas LA solution miracle, mais j’y met toutes mes « tripes » pour que nos actions soient rassembleuses et fun ! »

Par actions il s’agit d’action sociale, sportive, caritative et environnementale.  L’objectif premier étant de passer du temps entre collaborateurs dans des contextes et des environnements différents favorisant la cohésion et le partage mais aussi de montrer qu’ils peuvent être tout aussi actifs dans différents domaines.

Maman comblée de 2 enfants

A mère exemplaire, enfants exemplaires. Son aînée, une fille, fait un double cursus à Toulouse et son cadet, un fils mordu de natation, est au collège. Pour compléter la famille il y a un mari.

« L’homme de ma vie, mon équilibre. Nous sommes mariés depuis 20 ans. »

Odile est une maman sévère, stricte parce qu’elle l’est vis-à-vis d’elle-même.  Elle ne s’en cache pas et ses enfants le savent.

« C’est que j’aime les choses qui sont bien faites, à la maison c’est beaucoup de discipline, de la rigueur, je n’aime pas le vol, les écarts, les enfants bien élevés c’est comme ça et pas autrement ! »

Elle déclare cependant vouloir être un guide et un conseiller. Tandis qu’Odile se pose en « maman file droit » le père tient le rôle de consolateur. Et pour prétendre avoir une hygiène de vie personnelle et professionnelle saines, cela passe par la pratique d’un sport. S’adonner à une activité physique est indispensable. Il permet d’éliminer et évacuer tout le stress.

« Je dé-canalise en faisant du sport 5 fois par semaine. Au-delà de faire du sport en salle et un peu de yoga matinal histoire de se maintenir en forme, je pratique du tir au poing en mode compétition. Ce n’est pas un sport réservé uniquement aux hommes, les femmes ont toute leur place ; rejoignez -nous ».

La femme… une source d’inspiration pour Odile. Elle les encourage à persévérer, ne pas lâcher, à aller jusqu’au bout des choses, à rester motivées, ne pas baisser les bras peu importe le chemin ou les étapes à franchir. La femme doit lever la tête parce qu’elle a des qualités, elle a des valeurs.

« Elle est source d’inspiration et de motivation. »

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Odile Smith-Tcheou

Partagez Maintenant !