Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Vahine FIERRO, Poerava du fenua!

Publié le 7 mars 2019

Pour célébrer la journée internationale des Femmes, le 8 mars 2019, l’Association UFFO (Union des Femmes Francophones d’Océanie) en partenariat avec Femmes de Polynésie, organise la 2Edition des POERAVA. La 1ère édition en 2018 a mis en lumière 8 Femmes polynésiennes remarquables par leur personnalité et leur force d’engagement, ce sont nos POERAVA, nos perles précieuses. 

Dans le domaine des Sports : Vahine FIERRO

Nous avons gardé une expression en style direct de notre jeune POERAVA qui traduit si bien ce qu’elle est.

« Je m’appelle Vahine FIERRO, j’ai 18 ans et suis originaire de Huahine, née d’une mère polynésienne et d’un père américano-mexicain : c’est une fierté pour moi d’être partagée entre plusieurs cultures à la fois. Je parle quatre langues : français, tahitien, anglais et espagnol que j’ai appris à l’école. J’ai eu mon Bac ES en 2018 au Lycée de Papara.

Le surf, je l’ai commencé à 5 ans mais je n’y allais pas tous les jours comme je le fais aujourd’hui. Jeune, Papa faisait des compétitions de surf et il a transmis sa passion à toute la famille. Jusqu’à l’âge de 12 ans c’était vraiment juste pour m’amuser avec mes deux amies (Kailea et Naumi). Nous étions les seules filles de Huahine à surfer et on se motivait beaucoup, puis nous sommes allées à Tahiti pour les premières « compètes ».

Petite, je passais plus de temps sur terre que sur l’eau car j’habite dans une vallée et prenais beaucoup de temps à jouer dans les arbres, construire des cabanes, cueillir des fruits. Mes liens avec la nature sont tellement forts ! J’ai le privilège de bénéficier de toutes les richesses de la jungle, tout en ayant également une belle vue sur la mer : deux éléments primordiaux pour mon bien être.

Je fais souvent des randonnées : ça me calme et me permet de m’évader, me donne du mana et j’ai l’impression d’être une nouvelle personne après chaque randonnée. J’avais un cheval qui s’appelait ‘Oviri’ et jusqu’à l’âge de 16 ans, on allait souvent faire des balades dans ma vallée, on l’amenait parfois à la mer et on faisait des galipettes sur son dos. C’était vraiment des moments inoubliables de mon enfance !!

Je prenais également des cours de danse tahitienne car mes parents attachent beaucoup d’importance à la culture polynésienne et c’est pour cela que nous faisons l’effort de parler le plus possible en Reo Tahiti, car il est inutile de rappeler que dans la plupart des foyers polynésiens, c’est le français qui prime et nous avons tendance à délaisser notre si belle langue.

Je n’avais pas d’iPad ou d’Iphone ou de Vini jusqu’à l’âge de 13 ans, et je me rends compte en voyageant et en côtoyant les jeunes de ma génération qu’ils sont constamment connectés. C’est mon cas aussi car, avec mes sponsors j’y suis obligée, mais j’essaye de limiter mon temps sur les réseaux sociaux car il est facile d’y passer des heures sans s’en rendre compte.

Je suis toujours avec mes jeunes soeurs Heimiti et Kohai, et je m’ennuierais tellement sans elles !! On est très complices, on s’éclate aussi bien au surf qu’en danse tahitienne. Elles progressent très vite et commencent à faire des compétitions.

Je voyageais beaucoup avec ma famille quand j’étais petite. La règle chez les Fierro est de ne jamais laisser les planches derrière soi en voyage. J’ai profité de ces voyages pour faire mes premières compétitions pro-junior à 13 ans au Maroc, en Espagne où j’ai terminé 3e, ça m’a motivé pour continuer … Suite à cela j’ai été sponsorisée, cela m’a vraiment poussée et j’ai réalisé que j’avais le niveau. J’y ai pris goût et maintenant je fais 7 pays en 7 semaines !!

J’ai fait la connaissance de beaucoup de personnes renommées dans le monde du surf et c’était très enrichissant pour moi. Je voyageais sans mes parents mais je rejoignais le Team Roxy/ Quiksilver où j’étais la seule fille parmi le team des garçons. Les plus grandes difficultés ont été de quitter ma famille et mon île à l’âge de 14 ans et demi pour le lycée de Papara où j’étais à l’internat. J’ai eu du mal à m’adapter.

Avec mes voyages je partais parfois pendant 2 mois C’était très, très dur. A tel point que j’ai failli suivre des cours par correspondance mais si je voulais bien réussir dans le surf il fallait que je parte et que j’apprenne à surfer dans la section de surf, avec Hira Teriinatoofa et Olivier Napias. Pendant 3 ans je me suis entrainée avec eux et je pense que c’était la meilleure façon pour moi de progresser au niveau du surf et en même temps de grandir et d’apprendre à être autonome.


Le fait d’être une femme ne m’a pas gênée et mon palmarès en est la preuve. Parmi mes résultats je suis fière d’être Championne du monde junior WSL, Vice-championne du monde ISA et de ma place au 9e au ROXY pro France CT.

Une chose essentielle est de m’amuser car tout le reste vient après. En effet, si je ne m’amuse pas, je n’ai aucune motivation pour surfer et m’entraîner. De plus j’aime voyager. Donc ce métier va bien avec ma personnalité. Je souhaite apprécier ce que j’ai : ma famille, ma santé, les petites choses toutes simples. Je pense que je suis une personne humble et discrète.

Mon objectif est de me qualifier dans le top 10 pour pouvoir intégrer le top 17 comme Michel Bourez. Je sais que ça va être difficile mais je vais tout faire pour y arriver. Le surf c’est le « dream job », un métier hors-norme. Tu es payée pour t’éclater dans les vagues et voyager !   

Un petit message pour les jeunes qui ne savent pas quoi faire, ou qui sont perdus – je ressens cela moi aussi parfois : ne jamais perdre espoir et se fixer des objectifs atteignables et surtout ne pas prendre de drogue car c’est la pire des choses. Le meilleur conseil que mes parents m’ont donné : « quand tu veux quelque chose, tu vas jusqu’au bout n’abandonne jamais ».

UFFO-Polynésie


© Photos : Vahine Fierro

Facebook
Partagez Maintenant !