Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Vaitiare Grand, juriste à la TEP!

Publié le 18 janvier 2019

 Qui a rêvé un jour de devenir « Fonctionnaire de la Polynésie Française » ? Peu vous répondrons par l’affirmative car très critiqué et une minorité comme Vaitiare dira « j’ai voulu être fonctionnaire pour travailler au service du public ». Juriste pendant 6 ans à la présidence du pays, elle exerce désormais sa fonction au sein d’un organisme qui gère un service public : la TEP (Transporteur Energie électrique en Polynésie). Femmes de Polynésie a rencontré une polynésienne  passionnée parce qu’elle fait, qui veut le partager et pourquoi pas « susciter des vocations ».

JURISTE, UN METIER «GENIAL» !

Fonctionnaire, un emploi qui ne séduit pas outre-mesure. Pourtant quelque part à Papeete, une petite fille qui arpentait les allées et couloirs de l’assemblée, parce que papa et maman y occupaient de hautes fonctions, ne s’imaginait pas une seule seconde faire autre chose. Elle a bien essayé de suivre les recommandations de ses parents « Es-tu sure de ne pas vouloir être professeur de maths ?», « non » leur répondait-elle. Vaitiare Grand visait le service public et rien ne l’en aurait dissuadé.

« Sincèrement j’ai l’impression de toujours apprendre, c’est génial ! »

« Génial », l’expression associée à « juriste » peut sembler étrange, mais nous avons vraiment à faire à une personne passionnée par ce qu’elle fait. Sa fonction exacte est juriste publiciste, comprenez une spécialiste du droit public. Elle est chargée de la régularité, de la conformité au droit de manière générale, et spécialement au droit public, que ce soient les actes pris par le directeur ou que le Conseil d’Administration adopte. En clair, son rôle consiste à vérifier que les décisions prises soient légales aux yeux de la loi.

« C’est un organisme qui gère un service public, c’est aussi lié à ma formation, parce que j’ai réalisé un mémoire sur les sociétés d’économie mixte, et la TEP étant une SEM c’était l’occasion pour moi d’allier théorie et pratique. »

Si travailler à la TEP lui « a tout de suite plu » c’est parce qu’elle a trouvé dans cette entité « altruisme » et « intérêt général ». Deux valeurs qui lui viennent de son éducation. Après un Bac S et le refus de continuer dans cette filière qui ne lui plaisait pas, elle s’oriente vers une formation de juriste. Un master 2 en droit des collectivités territoriales plus tard, elle toque à la porte du pays et c’est le secrétariat du gouvernement, service juridique de la Polynésie française, qui lui ouvre l’accès à son premier job.

« En termes de formation, je pense que c’était l’idéal.  J’ai ensuite fait deux ans à la direction du budget et des finances qui est le service financier du pays. »

Elle emmagasine 6 ans de connaissances administratives, règlementations…le droit public, elle commence à bien connaître. Pour un juriste, la Polynésie française est un cas potentiellement intéressant voire spécifique parce qu’il n’existe nulle part ailleurs, le pays disposant d’un statut d’autonomie.  Ne lui restait que le droit privé et c’est là qu’intervient la TEP.  La société de Transport d’Energie électrique en Polynésie est une société anonyme mais en étroites relations avec l’administration, logique puisque la TEP est une entité de la Polynésie et donc subventionnée. Ici tout rappelle que l’on gère un service public.

« En fait réussir à appliquer les deux types de droit ensemble dans le cadre d’un service public, j’adore! Je pense que j’ai pu apporter à la TEP toute cette connaissance des rouages administratifs compliqués. »

UN METIER QUE J’AI APPRIS A VULGARISER

Vaitiare a très peu l’occasion de rencontrer le public, elle est dans ce que l’on appelle « le back stage ».

« Mon ancien chef de service disait souvent que l’on était les petites mains qui travaillent dans l’ombre et que l’on ne voit quasiment jamais ! »

Précision : Vaitiare n’est pas en contact direct avec les juges.

« Je fais de la gestion de dossiers contentieux mais on constitue toujours des avocats pour les contentieux, je ne suis que juriste. Il est possible que le juriste défende les intérêts de la TEP, mais les enjeux sont souvent importants et nécessitent l’intervention d’avocats dédiés à ça. »

Vaitiare admet aimer travailler avec les avocats.

« Notamment les avocats parisiens qui sont de véritables spécialistes réputés et sans eux je n’aurais pas accès à certaines connaissances, c’est une vraie richesse intellectuelle. Je pense que le jour où j’arrêterai d’apprendre ce sera dramatique ! C’est vraiment toujours apprendre plus pour partager ce que j’apprends. Avec le temps je sais à qui m’adresser, qui va trouver ça génial comme moi. »

En effet le commun des mortels n’est majoritairement pas très réceptif à ce domaine! Il lui est régulièrement arrivé de s’adresser à quelqu’un qui « n’en avait rien à faire », et puis surtout qui ne comprenait rien de ce qu’elle disait.

« J’ai plusieurs fois eu des électriciens, des techniciens, à qui je donnais une information juridique et souvent j’ai eu des retours du genre « tu peux traduire en français ? » ou bien « ça veut dire quoi exactement ? », du coup j’ai appris à vulgariser mon métier afin de le rendre plus accessible aux non-juristes. »            

SUSCITER DES VOCATIONS

A la question Pourquoi avoir accepté de partager tout ça avec notre lectorat, Vaitiare répond le plus simplement du monde :

« Un juriste par nature c’est « chiant », si je peux susciter des vocations notamment dans le droit administratif parce que c’est un peu le parent pauvre des juristes, alors j’aurais contribué à ma façon à nous retirer l’étiquette d’une administration où l’on pense que c’est pour « se planquer » ou on est là pour « la sécurité financière » ! »

Cette passion du service public lui vient donc de son éducation. Ses parents lui ont toujours inculqué la persévérance. Aller plus loin…Se trouver une raison d’aller plus loin…Trouver du sens à ce que l’on fait, Vaitiare est surprenante de détermination.  Plus surprenant encore est la manière dont elle en a été convaincue.

« Lorsque j’étais en première, ma tante m’avait acheté pour noël le premier livre d’Alain Moyrand « Les institutions de la Polynésie française », ça a fait tilt »

A son tour elle voudra inculquer à ses deux enfants qu’au-delà des intérêts privés, qui ne le nions pas sont nécessaires à notre société, il y a aussi l’intérêt général. Malgré toutes les critiques que l’on peut entendre « ils ne font rien », il y a quelque chose de plus grand derrière. Pour la TEP Vaitiare a une vision très claire sur son futur rôle :

« La TEP a vocation à être un acteur neutre dans le système électrique qui aujourd’hui est monopolistique. En faisant de la TEP cet acteur neutre de demain on va vraiment permettre aux usagers d’avoir un meilleur service et au juste prix ! »

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Jeanne Phanariotis, Vaitiare Grand et TEP

Partagez Maintenant !