Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Anne Akrich : l’écriture, c’est ma vie
    Anne Akrich : l’écriture, c’est ma vie

Société

Jeannette : « Les femmes, il faut qu’elles soient autonomes, c’est important. »
association

Jeannette : « Les femmes, il faut qu’elles soient autonomes, c’est important. »

Publié le 14 mai 2018

« Cela fait 40 ans que je suis dans les affaires. Je connais les filles malheureuses, qui ne peuvent pas s’en sortir. Je les vois souffrir et accepter le mari qui partage un deuxième foyer. Elles me disent : « Je ne peux rien faire, j’ai rien. » »

Jeannette Boissin, plus connue pour certains sous le nom Jeannette Couture, est une femme d’action, une femme entrepreneure depuis son plus jeune âge, qui, avec douceur et force de caractère, a longtemps été actrice de l’activité économique de Polynésie. Depuis quelques années maintenant, elle agit pour les femmes désœuvrées de Tahiti. Femmes de Polynésie a rencontré cette dame au grand cœur.

La passion de la couture

Jeannette  Leou est née à Canton en 1950 d’un père chinois et d’une mère sino-tahitienne, tous deux nés à Tahiti.

« En 1948, beaucoup de familles chinoises de Polynésie ramènent leurs enfants en Chine pour leur éducation. Mes parents se sont rencontrés sur le bateau qui les amenait vers Canton. »

La famille habite ensuite à Hong Kong et Jeannette y passe son adolescence jusqu’à ses 16 ans.

« J’y ai appris la couture dans une école de stylisme. Là-bas, c’est speed, il n’y a pas assez de place pour tout le monde, il faut bosser, mais c’est très enrichissant. »

Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea
Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea

Mais en 1966, la famille retourne vivre à Tahiti. Dur dur pour Jeannette  qui parle mandarin, cantonais et anglais, mais pas français, ni tahitien.

« Je ne savais pas quoi faire. Je suis allée travailler auprès de Mme Redon, une très bonne couturière. Cela m’a permis d’apprendre le français en même temps. »

En 1970, Janet ouvre sa première boutique : Jeannette Couture, rue Nansouty, à Papeete. S’en suivent trois autres boutiques et un grand atelier de couture, tout cela en étant maman de quatre garçons. Elle vend ensuite ses magasins en 2005.

« J’ai gardé ma patente de couture : c’est ma passion. »

Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea
Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea

Une vie associative riche

Depuis 1970, Janet, très active, participe d’abord aux activités de Wen Fa, une association culturelle chinoise récente composée alors d’étudiants partis faire leurs études en France, mais attirés par leurs racines chinoises.  

« J’ai participé à l’organisation du jour de l’an chinois en 1977. J’ai été monitrice de tai chi, professeur  d’un petit groupe de danse chinoise des filles du Kuo Men Tong durant quelques années. »

Depuis 2000, Jeannette est membre de l’Association Philanthropique Chinoise, de l’association Sinitong et de l’Association des Diabétiques Obésité de Polynésie française. Avec son mari Endocrinologue, elle fait de la prévention, des dépistages et se déplace dans les îles.

Défilé fin de formation couture

Grâce à sa culture et à sa maîtrise des langues chinoises (hakka, mandarin, cantonais), Janet a joué un grand rôle dans la prise en charge de ses compatriotes chinois de Chine vivant des situations difficiles, voir dramatiques en Polynésie, faute de pièces d’identité française.

Ainsi en s’impliquant pour les autres, elle a donné et reçu beaucoup. Le 31 décembre 2010, Jeannette est décorée de la Légion d’Honneur pour ses 25 ans de bons et loyaux services par l’Etat français.

Assemblée Générale Vahine a Rohi
Assemblée Générale Vahine a Rohi

En 2011, avec un groupe d’amies, elle crée et préside l’association « Vahine a rohi », qui signifie « Femme, en avant ! », association qui fait partie du Conseil des Femmes de Polynésie.  Pour toutes ses actions caritatives sociales, bénévoles,  elle est décorée de l’ordre de Tahiti Nui par le président Fritch en 2015.

« Maintenant, il faut que je donne mon savoir aux autres. »

Opu o te hau avec les membres du bureau du conseil de Femmes

L'association Vahine A Rohi, pour l'autonomie des femmes et des enfants

« Je préfère partager mon savoir-faire. Maintenant je n’ai plus besoin de vendre. »

Depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui, des formations de couture bénévoles sont dispensées par des membres de l’association. Prendre les mesures, faire les patrons, fignoler les finitions… Pour Jeannette, il est primordial de donner de bonnes bases dès le début pour ces femmes en soif de savoir.

« On va dans les quartiers difficiles, dans les maisons de quartiers. C’est difficile de faire venir les gens vers soi. Aller dans les quartiers, c’est important. Les gens se sentent mieux car c’est chez eux, dans leur environnement. Ainsi  sommes présentes dans sept maisons de quartiers. »

Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea
Atelier de Couture à la Maison de Quartier Hotuarea

Dans toutes les maisons de quartiers avec le service insertion, Jeannette fait un plan de financement prévisionnel. Matériel, tissus pendant 6 mois, demande de subventions, ciseaux, machines à coudre… Tout cela restera à disposition des femmes ayant suivi la formation couture.

Ces formations durent 6 mois, à raison de deux matinées par semaine. A la fin du stage, un défilé de mode est organisé, puis les produits confectionnés sont vendus.

« Cela m’apporte du bonheur : quand tu donnes, tu reçois. Souvent les femmes ne travaillent pas, ont des enfants et pas de tane. Cette formation peut leur donner envie de devenir patenté, d’en faire un métier et leur permettre de nourrir leur famille tout en s’épanouissant. »

Participation Noël pour tous avec le Rotary

De 15 membres en 2011, l’association qui fait partie du Conseil des Femmes, en compte aujourd’hui 65. Avec le Rotary Club, l’association Vahine a Rohi participe au « Noël pour tous » en faveur des enfants défavorisés.

« Il y a 3 000 à 4 000 enfants. On ouvre 4 ateliers de 12 à 14 personnes : atelier de couronnes de fleurs, atelier de tressage de pandanus, atelier tap tap et atelier de découpage de lettres chinoises. »

Au moins une fois par mois, 4 ou 5 membres rendent visite aux enfants malades du service pédiatrique du CHT Taaone.

« On fait des ateliers coloriage, lecture. Si les enfants ne peuvent pas se déplacer, on va dans leurs chambres. »

Participation Noël pour tous avec le Rotary

La femme qui se prend en charge, qui avance, la femme toujours dans l’action… Tel est le vœu de Jeannette pour toutes les femmes de Polynésie.

« Ce qui compte, c’est donner des moments de joie. »

Plus d'informations

Sur la page Facebook Vahine A Rohi
Et en contactant Jeannette par mail : leou.janet@gmail.com

Tehina de la Motte
Rédactrice web

© Photos : Jeannette Boissin et l’association Vahine A Rohi

Facebook
Partagez Maintenant !

Je m’inscris à la newsletter !

Retrouvez notre sélection d’articles chaque mois dans votre boite mail